Rythme : Binder pouvait se battre devant à Jerez



La position de Brad Binder à l’arrivée du Grand Prix d’Espagne (13e) ne reflète pas sa vitesse. Le pilote KTM avait le rythme du groupe qui a lutté pour le podium.

Brad Binder avait impressionné au test hivernal de Losail, terminé à la place de meilleur rookie ainsi que celle de meilleur pilote KTM. Cinq mois de pause plus tard, le Sud-Africain a confirmé ce potentiel dès la première course MotoGP de sa carrière, à Jerez de la Frontera. Pour s’en rendre compte, il faut regarder au-delà de son résultat final, une 13e place.

C’est aussi de la 13e place que le vice-champion du monde Moto2 s’est élancé, après être passé à 138 millièmes de la Q2 samedi. Six tours plus tard, il était déjà remonté 7e, à une demi-seconde de son coéquipier Pol Espargaro. Une erreur au virage 5, dans son 7e tour, a gâché le reste de sa course. Il bloqué l’avant au freinage et a dû tirer tout-droit. Reparti bon dernier, il a perdu plus de 26 secondes dans l’opération.

Or, Brad Binder a terminé son Grand Prix à 29,640 secondes de Fabio Quartararo. Déduites de son temps final, ces 26 secondes le ramènent à la hauteur du groupe de cinq pilotes arrivé derrière le vainqueur : Maverick Viñales (2e, +4.603), Andrea Dovizioso (3e, +5.946), Jack Miller (4e, +6.668), Franco Morbidelli (5e, +6.844) et Pol Espargaro (6e, +6.938). Il s’est même montré le plus rapide en piste à plusieurs reprises.

Certes, les mathématiques ne peuvent s’appliquer d’une manière aussi calquée à la réalité de la course. Brad Binder l’a d’ailleurs souligné : « J’avais un bon rythme, mais j’ai surtout roulé seul après mon erreur. En groupe c’est une autre histoire. Si vous roulez devant, vous avez beaucoup de pression. » Mais tout indique qu’il aurait pu finir au pire à la 7e place. « Je pense que j’aurais eu une bonne chance de terminer parmi les cinq premiers. La moto fonctionne très bien. Nous aurions vraiment pu finir plus devant. J’ai fait une erreur et j’en ai tiré des leçons. Je ferai mieux la prochaine fois. »

Pour un rookie, qui plus est censé piloter une KTM réputée difficile à apprivoiser, Brad Binder s’est montré étonnamment confortable. Lui-même ne s’y attendait pas. « J’ai été particulièrement surpris de ne pas être du tout nerveux et de me sentir autant à l’aise dans le groupe et sur la moto, a-t-il confié à Speedweek. J’étais confiant car j’étais bien préparé. Il s’avère que le prototype MotoGP n’est pas tellement différent de toutes les autres motos. Je ne m’attendais pas à ça. »

GP d’Espagne 2020 – MotoGP :
1. Fabio Quartararo
2. Maverick Viñales
3. Andrea Dovizioso
4. Jack Miller
5. Franco Morbidelli
6. Pol Espargaro
7. Francesco Bagnaia
8. Miguel Oliveira
9. Danilo Petrucci
10. Takaaki Nakagami
11. Johann Zarco
12. Alex Marquez
13. Brad Binder
14. Tito Rabat
15. Bradley Smith
DNF. Marc Marquez, Iker Lecuona, Valentino Rossi, Aleix Espargaro, Joan Mir

Binder & Oliveira, comme on se retrouve

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] de la marque : Brad Binder a en effet fait mieux, au 3e rang. Une surprise, mais aussi une confirmation de l’énorme rythme qu’il a affiché pendant le GP dimanche. Avec Miguel Oliveira 6e, […]

[…] en début d’épreuve. Toutefois, le classement final du pilote KTM ne reflétait pas le potentiel affiché. Sur le papier, sa vitesse semblait en effet suffisante pour briguer au pire la 7e […]