Sachsenring, Rossi (14e) : « Quartararo est capable de faire avec nos problèmes »



Manque de vitesse en ligne droite, course en paquet et problèmes de grip à l’arrière ont empêché Valentino Rossi d’obtenir le résultat qu’il voulait en Allemagne.

Tombé en Catalogne deux semaines plus tôt, Valentino Rossi espérait retrouver le top-10 au Sachsenring. Ses chances ont cependant rapidement été freinées, dès les premiers kilomètres de course. Seizième sur la grille, l’Italien a manqué son envol et reculé au dix-neuvième rang. Il a ensuite été en mesure de regagner quelques places, mais juste assez pour rentrer dans les points. Deuxième pilote Yamaha du Grand Prix d’Allemagne, il termine à une pénible 14e place, à 22 secondes du vainqueur. « Je prends des points mais je m’attendais à mieux », reconnaissait-il à l’arrivée.

« J’ai commencé la course avec optimisme. J’avais besoin d’un bon départ, mais je suis mal parti. Ensuite je suis resté bloqué dans le trafic, et doubler a été très difficile, raconte-t-il. Quand j’ai eu la piste libre, j’ai pu faire quelques bons chronos. Mon rythme n’était pas trop mauvais, mais pas suffisant. J’ai aussi dû ralentir dans les derniers tours à cause d’un manque de grip. »

Le problème, d’après Valentino Rossi, est contenu dans les points faibles de la Yamaha. Son manque de vitesse en ligne droite pénalise les pilotes en bagarre ; or, quand on part 16e, il y a du monde à doubler pour espérer un bon résultat. Explications :

« Si nous partons derrière, c’est très difficile avec la Yamaha. Si nous suivons les autres, nous devons nous adapter et ne pouvons pas profiter de nos avantages. Nous sommes aussi lents dans les lignes droites, presque tout le monde va plus vite que nous. Si nous voulons doubler, nous devons être très proches dans la zone de freinage, et donc freiner très fort dans les virages. Mais nous perdons dans la ligne droite et nous devons faire attention à ce que le pilote derrière nous ne nous rejoigne pas. En plus, le Sachsenring n’est pas notre meilleur piste. »

Mais « d’un autre côté, Quartararo est rapide et a fait un très bon week-end », admet Valentino Rossi. Troisième de la course, leader du clan Yamaha et du championnat du monde, le Français est le seul à savoir déjouer les soucis dont se plaignent les autres pilotes équipés d’une M1. « Ses prestations sont impressionnantes. Il mène le championnat et il est capable de faire avec nos problèmes. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gere
1 mois il y a

Toujours à se plaindre , ça fais + de 4 ans qu il pleure Rossi , le moteur les pneus , et de lui il n en parle pas , il en a plus rien à foutre tout simplement ….

Bryan
1 mois il y a

En même temps Vinalès et Morbelli Sont à l’arrière du peloton, c’est juste que yahama est à la ramasse certes Fabio lui y arrive mais c’est anormal que Vinalès soit à l’arrière du peloton🤔pendant ce temps là ça fait qq années que Ducati évolue ktm arrive et Aprilia arrive progressivement, c’est super le vraie spectacle arrivé enfin