Sensations, nouveau test, 2022 : Dovizioso et Aprilia, premiers retours !



Un « bon feeling », un deuxième test en tête, la volonté d’être en MotoGP en 2022 : Andrea Dovizioso a raconté, toujours dans son style habituel, comment s’est passé sa découverte de l’Aprilia à Jerez.

Andrea Dovizioso vient de quitter le circuit de Jerez-Angel Nieto, où il est arrivé deux jours plus tôt pour découvrir l’Aprilia RS-GP. Après avoir roulé lundi et mardi, l’Italien a connu une troisième journée perturbée par la météo ce mercredi, ce qui a écourté son temps de travail. Mais les deux sessions précédentes lui ont quand même permis de prendre ses marques sur la moto.

Que ceux qui en douteraient encore soient fixés : oui, Andrea Dovizioso se voit toujours en MotoGP, et c’est bien pour ça qu’il a accepté l’offre de test formulée par Aprilia. « Le MotoGP est toujours ma passion. Je voudrais rouler l’an prochain, donc je pense que c’était intelligent d’être en piste et je suis vraiment content, parce qu’Aprilia me donne la possibilité de le faire, et de le faire de la bonne manière. J’en suis vraiment content et je pense que c’est positif dans tous les cas, que je roule ou pas l’an prochain. »

« Je me sens toujours pilote, Dani (Pedrosa) est devenu pilote d’essai et même s’il peut faire des wild-cards, son approche est elle d’un pilote d’essai », dit encore le triple vice-champion du monde MotoGP, dont le dernier Grand Prix remonte au 22 novembre 2020. Le message est clair : il ne roule pas seulement pour le plaisir de rouler ou de développer la moto, mais bien parce qu’il souhaite reprendre la compétition en 2022.

L’Aprilia RS-GP peut-elle être la machine avec laquelle il signera son retour ? « Comme toute moto, elle a des côtés positifs et négatifs, mais j’ai eu un très bon feeling », se contente-t-il de commenter après ce premier test. Sa justification : « Il trop tôt pour entrer dans les détails de la moto. Il n’est pour le moment pas judicieux de parler de tours rapides, car il faut travailler sur certains détails impossibles à coririger en seulement trois jours. ». « Je pense que chaque pilote MotoGP est capable d’être rapide, mais être là et se battre pour les chronos qui comptent, c’est autre chose. J’ai quelques idées, mais je ne pense pas que tout soit clair, ce qui est normal car cela prend du temps pour pousser la moto à la limite et se sentir à l’aise dessus. »

Parmi ces détails sur lesquels travailler figure notamment sa position sur la moto, au centre de ses commentaires techniques. « En MotoGP, la position est encore plus importante que dans d’autres championnats, car la manière de piloter doit être très précise. »

Le PDG d’Aprilia Racing, Massimo Rivola, espérait que ces essais de Jerez ne seraient que le début de l’aventure. Il y aura bien un chapitre 2, et ce vraisemblablement le test mené par Aprilia au circuit du Mugello, début mai. « La prochaine étape sera de faire un autre test car nous voulons plus travailler sur la moto, et d’autres détails qui prennent du temps. Je pense que nous allons en organier un autre et que ce sera au Mugello dans probablement environ un mois. » Rendez-vous là-bas.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Nieto, était l’événement de ce début de semaine. Après avoir lu ses réactions ici, découvrez ce que ça donne en vidéo […]

[…] Sensations, nouveau test, 2022 : Dovizioso et Aprilia, premiers retours ! […]

[…] se faire plus précis en Italie. « Il est trop tôt pour entrer dans les détails de la moto », disait Andrea Dovizioso à Jerez, « car il faut travailler sur certains détails impossibles à corriger […]

[…] mois après sa découverte de l’Aprilia RS-GP, dont il a pris le contrôle pendant trois jours à Jerez, Andrea […]

[…] Le MotoGP est toujours ma passion, je voudrais rouler l’an prochain », assurait encore Andrea Dovizioso mi-avril, après son premier test de l’Aprilia à Jerez. Il voit ces […]