Silverstone : Ce qui a ruiné la course de Rossi



Septième aux essais libres puis huitième en qualification, Valentino Rossi espérait obtenir son troisième top-10 de l’année à Silverstone. On l’avait rarement vu aussi à l’aise et heureux cette année. Mais le nonuple champion du monde avait prévenu samedi soir : « J’avais aussi un bon rythme à Assen et Barcelone, et d’autres problèmes ont surgi en course. C’est le bon et le moins bon du MotoGP : on ne sait jamais ce qui va arriver, même en choisissant les bons pneus. » Et devinez quoi ? Il avait vu juste.

Valentino Rossi a passé la première partie de son dimanche dans le top-10, oscillant de la sixième place au premier tour jusqu’à la neuvième à la mi-course. Mais son pneu arrière s’est dégradé de manière spectaculaire, et il a dû rendre des positions au fil des kilomètres. Jusqu’à retomber à la 18e et avant-dernière place, avec des chronos en 2’04/2’05 alors qu’il avait commencé en 2’01.

La clé du problème réside dans les pneumatiques, a expliqué l’Italien, parti avec le medium à l’avant et à l’arrière. « Nous savions que commencer avec le pneu medium à l’arrière serait un peu difficile, car je me sentais mieux avec le pneu dur, mais il faisait plus froid et nous devions le faire. Le pneu dur n’aurait pas fonctionné à ces températures, c’était un choix forcé. Je m’attendais à quelques problèmes, mais pas autant. »

« J’ai pris un bon départ, et j’étais où je m’attendais à être dans les premiers tours. Je savais qu’avec mon rythme, je pouvais me battre pour les positions de 7e à 9e. Après cinq ou six tours le pneu arrière a perdu de manière incroyable, je n’avais pas de grip à droite, comme si le pneu avait brûlé. J’ai commencé à perdre une, deux, trois secondes par tour, et j’ai juste essayé de rejoindre l’arrivée, mais j’étais très lent. »

Valentino Rossi et l’usure du pneu arrière, c’est une histoire qui dure depuis déjà plusieurs années. Les Grands Prix passent mais rien ne change, en dépit de ses efforts. « Ce problème m’est arrivé beaucoup de fois depuis 2019, nous avons fait beaucoup d’essais et de changements, sur les réglages comme le style de pilotage. Aujourd’hui j’ai vu beaucoup de pilotes, car j’étais dans le groupe de devant, et ensuite ils m’ont tous doublé, et il ne semble pas que je fasse quelque chose de spécial. Je roule de manière similaire aux autres. Comme à Assen et Barcelone, j’ai été rapide aux essais et ensuite lent en course. »

« C’est vraiment dommage et je suis très triste, se lamente-t-il. Je voulais obtenir un bon résultat à Silverstone car j’aime la piste et il y a une bonne ambiance, mais surtout parce que je me sens bien avec la M1. Je voulais être dans le top-10, mais c’est comme ça. »

Une semaine de repos attend désormais le Docteur, avant de prendre la route du Motorland Aragon, où il devrait faire équipe avec Xavi Vierge. Puis viendra Misano, sa course à domicile, avec l’arrivée à ses côtés d’Andrea Dovizioso dans le box du Petronas Yamaha Sepang Racing Team. L’Italien y restera jusqu’à la fin de la saison, à la place de Franco Morbidelli promu dans l’équipe officielle Monster Energy. « Je suis content d’avoir Dovi comme coéquipier car il a de l’expérience, il est rapide et nous avons une bonne relation. Nous nous battons depuis 2008, je suis content qu’il revienne et je crois qu’il peut apporter sa contribution à Yamaha pour améliorer la M1. »

Silverstone, Championnat : Fabio Quartararo s’envole

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Alain Demoulin
27 jours il y a

Bon, à la lecture de plusieurs articles, il me semble que Michelin devrait se poser des questions et peut-être revoir sa copie…

Cedric
25 jours il y a

c’est marrant quand même, Fabio, avec la même moto et les mêmes pneus termine la course en vainqueur, Mr Rossi, vous êtes sure que le problème vient des pneus???

Lillo
23 jours il y a
Reply to  Cedric

Rossi n est pas le seul à ce pleindre du pneu arrière ok

[…] Silverstone : Ce qui a ruiné la course de Rossi […]