Silverstone : Mir (9e) veut comprendre ce qui est arrivé à son pneu



Seulement neuvième du Grand Prix de Grande-Bretagne, Joan Mir a fait la moitié de la course avec un pneu avant usé à l’extrême, explique-t-il. Il y laisse de précieux points dans la course au titre.

Onzième sur la grille, sixième après deux tours puis cinquième après six tours, Joan Mir était parti pour faire l’une de ses courses classiques : un départ dans le peloton, une remontée et un final parmi les premières positions. Mais alors que ce scénario se produisait pour son coéquipier Alex Rins, lui n’a pas vu son ascension aller au bout.

Joan Mir s’est même mis à perdre des places en deuxième partie de course, se faisant doubler par Jack Miller, Brad Binder, Iker Lecuona ou encore Alex Marquez. Inhabituel. Il termine seulement neuvième, à 16 secondes du vainqueur. La faute à un problème avec ses pneumatiques, explique-t-il.

« C’est vraiment une course décevante au regard du bon départ et de la confiance dans les premiers tours, où nous étions en place pour nous battre pour le podium. Nous avons rencontré un problème avec le pneu avant qui m’a fait perdre deux ou trois secondes. C’est dommage. » Pneu soft à l’avant : une mauvaise décision ? « Je ne crois pas que ce soit pour un choix de pneumatiques. Fabio a gagné avec ce pneu. Il faut comprendre ce qui est arrivé. »

Comprendre, car à l’heure de revenir sur son Grand Prix, le pilote Suzuki n’avait pas les réponses à son problème. Et demande des comptes à Michelin. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je n’avais aucun trou dans les pneus, pas comme ce qui est arrivé à Oliveira (en Autriche). J’ai roulé à ces températures et avec ces pneus pendant le week-end et je n’ai eu aucun problème. En course j’ai fait dix tours et la gomme était usée. Ça m’a fait perdre beaucoup de temps. Les cinq premiers tours ça allait, mais ensuite il y a eu une perte qui faisait que je ne pouvais pas rester sur mes roues. Il faut comprendre ce qu’il s’est passé, demander des responsabilités à (ceux qui sont à) l’origine du problème, et comprendre pour que cela ne se reproduise pas sur d’autres courses. »

Deuxième du championnat, Joan Mir voit son retard sur Fabio Quartararo passer de 47 à 65 points. Sa défense du titre se complique. « J’espère combler l’écart et monter sur plus de podiums cette saison, dit-il à ce sujet. Honnêtement je ne suis pas très optimiste au vu de ce qu’il s’est passé ce dimanche. C’est très étrange. Ce n’est pas clair et je ne le comprends pas. »

Pas question, pour autant, de baisser les bras. « Je cours toujours pour gagner ; que je n’ai pas le package pour, c’est autre chose. (…) Le championnat est compliqué mais pas terminé, sinon nous n’irions pas à la prochaine course. Tout peut arriver. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
stef01
19 jours il y a

il n’est pas le seul à se plaindre de MICHELIN