Silverstone, Rossi (J2) : « Important de faire de bonnes courses car ce seront mes dernières »



Huitième en qualification, Valentino Rossi signe pour l’instant l’un de ses meilleurs Grands Prix de la saison en Grande-Bretagne. Reste à confirmer en course, où un nouveau top-10 – son troisième de l’année – lui donnerait satisfaction.

Plaisir, travail, compétitivité : « Peut-être est-ce grâce à ce circuit qui est tant technique et que j’aime vraiment. Quand un pilote est rapide, c’est grâce à de nombreux aspects. Peut-être qu’à Silverstone je suis compétitif parce que je prends du plaisir. »

« Aujourd’hui nous avons continué a progresser. J’ai bien travaillé dès la FP3, à la fois sur les réglages et les pneus. J’ai toujours été dans le top-10 sur les dernières séances et ça me rend heureux, je roule bien et nous avons un bon potentiel. Je suis particulièrement rapide à certains endroits du circuit, c’est vraiment un plaisir de rouler. Je veux continuer comme ça, même si ce n’est pas facile. »

Un dimanche imprévisible : « Au Qatar j’étais plus rapide en qualification, mais à Silverstone j’ai un meilleur rythme. Mais j’avais aussi un bon rythme à Assen et Barcelone, et d’autres problèmes ont surgi en course. C’est le bon et le moins bon du MotoGP : on ne sait jamais ce qui va arriver, même en choisissant les bons pneus. »

Les pneus pour la course : « Avant la FP4 je penchais pour le medium à l’arrière, car le dur est plus difficile à mettre en température, mais dans l’après-midi j’étais plus rapide avec. Il sera difficile d’aller au bout avec l’un comme l’autre, et il faut comprendre lequel s’use le mieux. Le pneu dur n’est pas toujours le plus efficace en fin de course. Il nous faudra aussi voir le choix des autres pilotes ; si tout le monde part avec le medium, il sera difficile de faire les premiers tours avec le dur. »

Finir sa carrière sur une bonne note : « La deuxième partie de la saison a commencé différemment de la première, où je m’attendais à être bien sur certains circuits mais où j’ai souffert. Nous avons trouvé une manière d’améliorer la moto pour être plus à l’aise, en Autriche j’ai fait deux courses décentes, et de là j’espère que les choses vont aller mieux. C’est pour moi important de pouvoir rester dans le top-10 et faire quelques bonnes courses, car ce seront mes dernières. Malheureusement, celles dont je vais me souvenir seront celles-ci, et pas celles d’il y a 15 ans quand je gagnais tout le temps (rires) »

Un pilote « éternel » : L’hommage de Paolo Simoncelli à Valentino Rossi

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments