Simoncelli charge la Direction de course : « Il faut des cou***** et s’ils n’en ont pas, qu’ils changent de métier »



L’attitude de la Direction de course pendant le Grand Prix de Catalogne a une fois de plus mis en lumière ses approximations. Paolo Simoncelli s’étonne de sa lenteur au moment de prendre des décisions. Et le fait sans langue de bois.

Paolo Simoncelli n’est pas du genre à mâcher ses mots. Ses commentaires sont souvent atypiques, et offrent sur le monde des Grands Prix un point de vue que peu d’acteurs osent exprimer. Il en a une nouvelle fois fait la démonstration à l’issue de l’épreuve de Catalogne, marquée par la polémique autour des sanctions infligées à Fabio Quartararo.

Il y a, d’une part, les 3 secondes ajoutées à son temps de course après avoir coupé la première chicane du circuit. Le pilote français l’a fait parce qu’il venait de sauver une chute. Il n’a rien gagné dans l’opération mais n’a, d’après les commissaires, pas perdu assez de temps pour ne pas mériter une pénalité : 0,7 seconde au lieu d’une seconde, qui lui aurait permis d’éviter la sanction.

Mais ce qui fait surtout réagir concerne l’épisode de la combinaison qui s’est ouverte. La majorité des pilotes, y compris Fabio Quartararo, estime qu’il aurait fallu présenter un drapeau noir et arrêter sa course, par mesure de sécurité. Au lieu de cela, 3 nouvelles secondes de pénalité sont tombées… cinq heures après l’arrivée.

La réaction de Paolo Simoncelli est à lire en deux-temps. D’abord, le communiqué de presse de l’équipe SIC58 Squadra, écrit avec une certaine retenue. Non pas que le patron du team n’en pense rien, mais parce que les nombreuses réactions du week-end donnent raison à celles que lui exprime depuis déjà pas mal de temps :

« Le chaos a émergé après les courses Moto3 et MotoGP, et il était facile pour tout le monde de critiquer. Même si les gens n’étaient auparavant déjà pas d’accord avec le travail de la Direction de course, personne n’osait dire quoi que ce soit ; mais après ce qui s’est passé ce week-end, maintenant tout le monde critique. Aujourd’hui je ne veux pas partager leurs pensées car j’ai déjà exprimé les miennes mille fois. »

« Les pour et les contre de ces règles sont qu’elles sont trop flexibles, et que maintenant la chose devient incontrôlable. Je retourne sur le circuit de Barcelone, cette fois pour le championnat CEV, où je retrouverai mes plus jeunes pilotes et une Direction de course digne de ce nom (Au final, je les critique comme tout le monde). »

Mais parallèlement, Paolo Simoncelli a chargé contre le travail de cette Direction de course via une réaction publiée dans le journal italien La Gazzetta dello Sport, où il dit ce qu’il pense sans détour. L’Italien reproche notamment aux commissaires leur lenteur. Et ce n’est pas la première fois qu’il l’observe.

« On a besoin de personnes pour prendre des décisions. La Direction de course doit faire comme les pilotes, qui doivent prendre des décisions en une microseconde. Et comme ça n’arrive jamais, ça veut dire qu’ils ne font pas leur travail. Il me semble étrange que (Freddie) Spencer, qui a été pilote, n’en soit pas capable », introduit-il.

« Les pilotes, comme les enfants, ont besoin de limites qui doivent être respectées. Nous avons besoin de certitude dans la punition, et d’une application stricte. Mais elle doit aussi être immédiate. Pas quelques heures plus tard, ni même la course suivante. Si Rossi avait été pénalisé immédiatement en Malaisie quand il s’est embrouillé avec Marquez, tout aurait été terminé là et il aurait pu se battre pour son 10e titre à Valence. C’est un rôle difficile, où il faut avoir des couilles. Mais s’ils ne les ont pas, ils devraient changer de métier. »

Catalogne, Quartararo : « C’était drapeau noir », mais désaccord avec la première pénalité

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
15 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
gilnov
3 mois il y a

Bravo Monsieur Paolo Simoncelli,enfin quelqu’un qui ose s’exprimer sur ces commissaires de course qui pour la majorité qui n’ont jamais mis leur Q sur un Solex….

Didier BODART
3 mois il y a
Reply to  gilnov

Il sont 3 et tous les 3 sont d’anciens pilotes! Spencer, Cumbow, pilote américain et Bohnhorst pilote allemand de side-car! Très loin du solex

Titiaspi
3 mois il y a
Reply to  Didier BODART

Les Commissaires de courses n’ont rien à voir dans cette affaire. Les Commissaires sont là pour assurer la sécurité des pilotes en leur passant les drapeaux sous les ordres du Directeur de Course et assurer la sécurité des pilotes notamment lors des chutes.
Dans cette affaire seule la Direction de Course est responsable. C’est elle qui donne l’ordre de mettre un drapeau noir, ce n’est pas les commissaires
De plus je rappelle que les commissaires de course sont des bénévoles. Sans eux il n’y aurait pas de course.

Titiaspi
3 mois il y a
Reply to  Didier BODART

Les Commissaires de courses n’ont rien à voir dans cette affaire. Les Commissaires sont là pour assurer la sécurité des pilotes en leur passant les drapeaux sous les ordres du Directeur de Course et assurer la sécurité des pilotes notamment lors des chutes.
Dans cette affaire seule la Direction de Course est responsable. C’est elle qui donne l’ordre de mettre un drapeau noir, ce n’est pas les commissaires
De plus je rappelle que les commissaires de course sont des bénévoles. Sans eux il n’y aurait pas de course.

Paulo
3 mois il y a

Entièrement d’accord, la sanction doit être immédiate et on ne prend pas une décision après le fait de course cela ne mène à rien. Bravo SIMONCELLI, a des coronnesses au moins….

Lionel
3 mois il y a

Je pense que la décision doit être prise rapidement,pas cinq heures après,les pilotes font un métier dangereux,il faut arrêter de les prendre pour des cons,l’avenir dû moto gp en dépend.

[…] Simoncelli charge la Direction de course : « Il faut des cou***** et s’ils n’en ont pas… […]

Vivent
3 mois il y a

Les commissaires de course ne sont en rien responsables. Ils mettent les drapeaux: rouge.noir.noir cerclé.pluie sur ordre de la direction de course. Seule la DC décide des pénalités et interruption de course et arrêt d’un pilote…..Denis commissaire de piste

1 mois il y a

gay dating world wide

Simoncelli charge la Direction de course : « Il faut des cou***** et s’ils n’en ont pas, qu’ils changent de métier » – GP Inside

1 mois il y a
1 mois il y a
18 jours il y a

dating for gay guy https://gaychatgay.com/

11 jours il y a

new gay dating site 2021 https://datinggayservices.com/

9 jours il y a
9 jours il y a

gay dating sites atlanta https://dating-gaym.com/