Styrie, Marquez (8e) : « Ma faute sur le premier contact avec Espargaro, le deuxième est un incident de course »



Déçu de sa huitième place à Spielberg, Marc Marquez veut comprendre pourquoi il n’a pas eu le feeling attendu en course. Il reconnaît être fautif sur l’un des deux contacts avec Aleix Espargaro, mais qualifie l’autre de « fait de course ».

Marc Marquez attendait la trêve estivale pour se remettre de ses blessures, et attaquer la deuxième partie de la saison en (quasi) pleine possession de ses moyens. Conclusion sur ce sujet : il n’est pas à 100 %, mais la situation est gérable. « Physiquement, il y a de la gêne, de la douleur, de la fatigue, mais ce n’était pas une limitation franche, j’ai pu bien piloter jusqu’à la fin. J’avais des gênes mais je fais avec », expliquait-il à la télévision DAZN à la fin du Grand Prix de Styrie. En revanche, un autre problème l’a empêché de performer dimanche.

Qualifié huitième, l’octuple champion du monde n’a pas pu faire mieux en course. Les sensations n’étaient tout simplement pas au rendez-vous. Des premiers tours tumultueux l’ont fait reculer au quatorzième rang, et il a ensuite pu remonter, mais pas comme il l’aurait souhaité. « Je ne m’attendais pas à être à 17 secondes du vainqueur, c’est beaucoup », admettait-il une fois l’arrivée franchie au huitième rang.

« Samedi j’avais un bon rythme. Au premier départ je me sentais fort, avec le potentiel pour aller de mieux en mieux, j’étais bien. Au second, j’ai vu dès le tour d’échauffement que non, je ne pouvais pas. Nous avons changé le pneu avant dur et avec succès, sinon j’aurais été plus lent. Mais pour X raison, ou je n’ai pas bien chauffé le pneu arrière, ou il a trop chauffé… J’ai décidé de finir la course et faire mon rythme. J’étais une seconde plus lent que sur mes temps des essais. Ça ne m’était jamais arrivé, mais ici je n’ai pas pu. Nous devons comprendre pourquoi. »

Le nom de Marc Marquez n’est pas apparu en haut de l’affiche à Spielberg, mais il a quand même été des plus cités dimanche soir. La raison : deux contacts avec Aleix Espargaro aux deux départs qui ont été donnés – le premier à 14h, le second environ 40 minutes plus tard, après sortie d’un drapeau rouge.

Furieux, Aleix Espargaro estime que Marc Marquez a effectué des manoeuvres « à la limite du sale », mais qu’il « roule comme ça depuis dix ans », et que c’est à la Direction de course de le sanctionner. Le pilote Honda reconnaît être fautif sur le premier contact, mais pas sur le second :

« Au premier départ c’était plus ma faute que la sienne, j’ai vu un espace et je m’y suis mis. Dans ce virage, quand quelqu’un te double tu peux vite sortir de la piste. Je l’ai touché et c’était ma faute. Deux tours plus tard, Mir m’a touché après un dépassement de Quartararo, mais ce sont des choses qui arrivent dans les premiers tours d’une course. »

« Au deuxième départ, cependant, c’était un fait de course. Aleix m’a vu, il savait que j’étais à l’intérieur, il a voulu insister à l’extérieur pour ne pas perdre de position, Quartararo était à mon intérieur, nous nous sommes touchés et avons tous deux perdu beaucoup de temps. Ce sont des choses qui arrivent quand deux pilotes insistent et ne cèdent pas ; ou on perd tu temps, ou parfois il ne se passe rien. »

Les deux hommes se retrouveront en piste à Spielberg, ce week-end, pour un deuxième Grand Prix consécutif sur le tracé autrichien. D’ici là, Marc Marquez espère avoir trouvé la clé de ses problèmes pour faire mieux que huitième.

Styrie, Espargaro furieux : « Les commissaires regardaient les Jeux Olympiques ? »

✪ Vous lisez GP-Inside ? Donnez-nous la chance de continuer en devenant Premium ! Soutenez notre travail, Gagnez nos concours, Accédez à tout notre contenu, Aidez-nous à nous passer de publicité et Renforcez notre indépendance : Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Luc Galvani
1 mois il y a

Vous irez voir la vidéo… Espargaro est définitivement devant au virage! Marquez mérite de se faire mettre à sa place une fois pour toute par les commissaires… point final!

Leodis
1 mois il y a
Reply to  Luc Galvani

C’est un sport d’homme point bar et pas du golf ..