Styrie, Morbidelli : « Zarco m’a passé proprement »



Franco Morbidelli a connu un dimanche « difficile » au Grand Prix de Styrie, dont il termine 15e. Il repart néanmoins avec des pensées positives et note que cette fois, son duel avec Johann Zarco s’est bien déroulé.

La tension entre Franco Morbidelli et Johann Zarco est retombée. L’Italien avait eu des mots durs contre le Français après leur accrochage lors du Grand Prix d’Autriche, le qualifiant à chaud de « demi-assassin » et demandant une sanction lourde contre lui. Les jours passant, il s’était ensuite excusé auprès de son adversaire, tout en maintenant vouloir qu’il soit pénalisé. Avant d’affirmer qu’il ne cherchait « aucune vengeance » et n’avait désormais « que de l’amitié pour lui », une fois la sanction tombée.

Une semaine après l’accident, les deux hommes se sont retrouvés en piste lors de la course du Grand Prix de Styrie. Qualifié 3e mais parti depuis la voie des stands, Johann Zarco était plus rapide que Franco Morbidelli, en perdition (10e au départ, 15e après quelques virages puis tombé jusqu’à la 17e place). Le pilote Ducati a mis 15 tours à le rattraper puis l’attaquer. Il l’a également fait lors de la deuxième course, puisqu’il est reparti derrière lui après la sortie du drapeau rouge.

Cette fois, aucun incident ne s’est produit. Franco Morbidelli l’a même souligné dans ses commentaires post-GP, où une partie a été consacrée aux conséquences de sa chute du dimanche précédent. « J’ai été un peu timide dans le virage 2, mais je pense que c’est tout le monde, pas juste moi. Parce que j’ai aussi vu Johann faire un dépassement similaire à celui qu’il m’a fait dans le virage 2, mais il a gardé une trajectoire plus serrée que la semaine dernière, observe-t-il. Cela signifie qu’avant d’y aller, il s’est préparé et a gardé plus de marge. Je pense qu’après l’accident, tous les pilotes étaient plus prudents dans ce virage. »

« J’espérais qu’il ne me dépasse pas à nouveau dans le virage 2. Il avait clairement un meilleur rythme et je l’ai vu arriver. Je me demandais où il allait me doubler, mai il m’a dépassé vraiment bien et proprement dans le virage 9. Il a fait du bon boulot », félicite le pilote Petronas.

Pas à son aise en course, Franco Morbidelli a dû se contenter de la 15e place, un résultat auquel il n’est plus habitué à la régulière. Mais il garde le sourire en se disant qu’avec la violence de sa chute du Grand Prix d’Autriche, pouvoir finir dans le top-15 sept jours plus tard n’est pas si mal.

« Ce fut un week-end très étrange, dans le sens où aux essais il semblait que nous avions le rythme de finir 5e, 6e, 7e. J’ai pris un bon départ mais j’ai fait une grosse erreur au virage 3 et j’ai perdu beaucoup de terrain. À partir de là, j’ai dû rouler en fonction de nos points faibles et non de nos points forts. Les courses ont été difficiles à cause de ça. Mais je veux quand même accueillir ce point avec beaucoup de plaisir, parce que dimanche dernier j’étais dans une situation complètement différente après la course. »

« Maintenant on va rentrer à la maison, se reposer un peu et aller à Misano avec de bons espoirs, parce que jusqu’à présent nous avons été assez rapides sur les circuits qui tournent. Je suis plutôt confiant pour mon double-GP à domicile », positive-t-il. Il avait terminé 5e du Grand Prix de Saint-Marin l’an dernier, alors que son coéquipier Fabio Quartararo finissit 2e. De bon augure pour la M1, après deux manches autrichiennes très compliquées.

Des quatre pilotes Yamaha, Franco Morbidelli est indubitablement celui qui se plaint le moins des performances de sa machine. Il était devant à Brno (2e) et croit que ce qu’il s’est passé aux Grands Prix d’Autriche et de Styrie est avant-tout dû aux spécificités de la piste.

« Je pense que ce championnat est très intéressant parce qu’il y a des hauts et de bas de tous les côtés. Sur une course vous êtes devant, et à l’autre vous êtes derrière. Le seul qui semble maintenir une bonne moyenne est Vale. Je dirais que le niveau de la Yamaha est très bon parce que Fabio est toujours premier au championnat. Je sais que Yamaha a un peu plus souffert sur ce circuit (de Spielberg), mais c’était un tracé très difficile pour nous.  C’était de loin le pire circuit pour nous. Avec ce championnat et avec des motos aussi proches, c’est très facile de passer de devant à derrière », rappelle-t-il.

Championnat MotoGP après le GP de Styrie : 1. Quartararo 70 pts, 2. Dovizioso 67 (-3), 3. Miller 56 pts (-14), 4. Binder 49 pts (-21), 5. Viñales 48 (-22), 6. Nakagami 46 (-24), 7. Rossi 45 (-25), 8. Mir 44 (-26), 9. Oliveira 43 (-27), 10. Espargaro 35 (-35)… Classement complet ici

Rossi pour coéquipier ? « Les frissons rien que d’y penser »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de