Styrie, Zarco (14e) : Les points du courage et de la volonté



Il est rare d’être satisfait après une 14e place, mais Johann Zarco peut l’être au regard des conditions de son Grand Prix de Styrie.

Une folle semaine : du dimanche 16 au dimanche 23, Johann Zarco est passé par tous les états sur ces sept jours. Il y a d’abord eu la terrifiante chute du Grand Prix d’Autriche, et cet accrochage avec Franco Morbidelli à très haute vitesse. Sont ensuite arrivées les critiques, notamment celles du pilote italien traitant son adversaire français de « demi-assassin », quand d’autres l’accusaient d’avoir un comportement « fou » en piste. Au milieu de tout cela, des voix se sont également levées pour le soutenir, comme celles de Danilo Petrucci et Michele Pirro.

Au même moment, des examens médicaux révélaient une fracture du scaphoïde droit. Un aller-retour Autriche-Italie plus tard (mercredi-jeudi), voilà Johann Zarco opéré et revenu au Red Bull Ring de Spielberg pour passer devant les Commissaires FIM du MotoGP, au sujet de l’accident de la course précédente. Les choses se calment un peu, Franco Morbidelli s’excuse pour ses mots durs. La sanction tombe vendredi matin : pour son pilotage jugé « irresponsable », il devra prendre son prochain départ depuis la voie des stands. L’après-midi, il passe avec succès le test médical lui permettant de participer au reste du Grand Prix de Styrie.

Le pilote Ducati débute donc directement en FP3 et conclut avec le 12e temps de la séance. C’est déjà brillant quand on sait qu’il a manqué les deux premières séances d’essais et qu’il s’est fait opérer 72h plus tôt, mais on est pas au bout de nos surprises. Quelques heures plus tard, Johann Zarco remporte la Q1 et termine 3e de la Q2. Une première ligne sur le sec sur laquelle personne n’aurait parié. Mais le plus dur reste à faire : aller au bout des 28 tours de la course. Pas évident quand on sait qu’au warm-up, il avait mal au scaphoïde au bout de 4 tours.

Parti depuis la pit-lane, Johann Zarco passe la ligne du premier tour avec 8 secondes de retard sur le leader, et 4 secondes sur le 21e, son premier concurrent à dépasser. « On dirait que celui qui devait me donner le départ dans la pit-lane m’a oublié car ça a été très long », plaisantera-t-il à l’arrivée. Roulant en gros 1’24/petit 1’25, il a le rythme pour se battre dans le top-10, et est donc plus rapide que les premiers hommes qu’il doit rattraper.

Six tours lui suffisent pour gagner sa première place en doublant son coéquipier Tito Rabat. Il met ensuite derrière lui Stefan Bradl, Bradley Smith, Michele Pirro, et se bat pour récupérer la 17e place de Franco Morbidelli lorsqu’arrive l’accident de Maverick Viñales, la sortie du drapeau rouge et, donc, l’interruption de la course. Un moment salvateur pour lui, car il lui permet de reposer son scaphoïde. « À certains moments de la course je sentais de la douleur à ma main, mais avec le drapeau rouge j’ai pu mettre du froid dessus. »

Le second départ lui permet de repartir dans le paquet, et plus en forme. « Au deuxième départ j’ai presque oublié la douleur, alors que sur la première course, c’était un peu douloureux après 15 tours. » « La souffrance a presque disparu avec l’adrénaline », expliquera-t-il aussi lors de son point presse d’après-course. Il met derrière lui Cal Crutchlow, Franco Morbidelli puis Alex Marquez. Le voilà dans les points, installé au 14e rang.

Le prochain adversaire à doubler est Fabio Quartararo, et ce sera le dernier : les deux hommes se battent mais le pilote Yamaha devance finalement de 48 millièmes son rival de chez Ducati. « C’était un bon duel avec Fabio. J’étais meilleur que lui grâce à mon moteur mais il était plus fort sur les freins, donc je n’ai pas pu le doubler et m’échapper. » Il franchit l’arrivée 14e et prend 2 points plus que mérités. Des points gagnés sans avoir pris d’antidouleurs, « parce que je voulais sentir mon poignet et je sentais que même si j’avais mal, je pouvais contrôler la douleur », justifie-t-il.

Johann Zarco repart satisfait d’une fin de Grand Prix « bien meilleure que ce à quoi je m’attendais ». En dépit de ces conditions difficiles, il estime avoir appris des choses ce week-end, et sait qu’il doit notamment travailler sur les duels avec sa Ducati. « Je dois encore améliorer mes dépassements parce que j’attends trop longtemps derrière », note-t-il. « Je suis content car ça a été un week-end difficile et je suis finalement dans les points. Maintenant il est temps de comprendre tout ça et revenir plus fort à Misano. » « Très content de mes sensations avec la moto. Des podiums sont possibles, donc nous allons travailler avec le team pour les obtenir », ajoute-t-il ce lundi matin dans le message laissé à ses fans sur Instagram.

Le Français aura un peu plus de deux semaines pour bien récupérer de son opération. Retour en piste prévu le week-end du 13 septembre à Misano, pour le Grand Prix de Saint-Marin. D’ici là, il devrait connaître les détails de son destin avec Ducati pour 2021.

Championnat MotoGP après le GP de Styrie : 1. Quartararo 70 pts, 2. Dovizioso 67 (-3), 3. Miller 56 pts (-14), 4. Binder 49 pts (-21), 5. Viñales 48 pts (-22)…

2021 : Zarco restera chez Ducati

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] première ligne en qualification (3e). Celle du courage et de la volonté, comme le seront les 2 points glanés en course le […]