Test Sepang, Zarco (J2) : « Il faut prendre le temps »



Avec 105 tours bouclés en deux jours, Johann Zarco commence à connaître la Ducati Desmosedici GP19. Il explique devoir comprendre le package global de la moto et changer.

Un « pas en avant » a été fait par Johann Zarco, ce samedi. Après avoir roulé en 2’00.464 la veille, pour sa première journée sur sa nouvelle moto, le Français est descendu en 1’59.825. La position au classement est la même (19e) mais 639 millièmes ont été gagnés, et l’écart avec le leader est passé de 1,519 seconde à 1,253 seconde.

« Chaque tour a été plus rapide et plus facile, donc c’est ce que j’apprécie, se réjouit-il dans une interview reportée par Motorsport. Avec ce plaisir, dès hier, de cette puissance. On a une bonne vitesse dans les lignes droites. Ça ne veut pas dire que ça permet de faire des temps très rapides pour le moment, mais je pense qu’en course ce sera un avantage. »

Si cette caractéristique de la Ducati – la puissance – lui va bien, d’autres éléments le mettent un peu en difficulté. Car son style naturel « ne convient pas parfaitement à la Ducati pour le moment, reconnaît-il. C’est pour cela qu’il faut prendre le temps, car on ressent le potentiel et on change juste certaines choses. Ce n’est pas facile parce que mon style naturel me pousse à faire autre chose. Mais dès que je peux le contrôler je vais bien plus vite, donc c’est une bonne chose ».

Son but est donc de « contrôler différemment » les choses, de s’adapter à ce que demande la Desmosedici, « une manière différente de voir la piste. Je suis le genre de pilote qui aime avoir de la vitesse en virage. Là je dois me contrôler pour parfois avoir moins de vitesse en virage et mieux contrôler la grande puissance de la moto, donc l’accélération. C’est parfois juste une différence d’un mètre mais en tant que pilote, et depuis dix ans que je roule ici, on dirait que je change tout ».

Devoir comprendre une nouvelle moto, adapter son style de pilotage, changer son naturel : des choses déjà entendues et vécues lors de son passage chez KTM. Mais cette fois, Johann Zarco ressent que l’expérience déjà acquise par Ducati l’aide à aller plus vite. Le travail est également « différent. Je n’ai pas à développer la moto et je peux vraiment plus retravailler sur moi-même. Pour le moment, je trouve cela plus simple. Je sens qu’il y a des choses que je dois retrouver pour être avec les bons pilotes ».

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Test Sepang, Zarco (J1) : « Un potentiel énorme »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store