Thaïlande, Espargaro (panne) : « Très frustré »



Cela lui était déjà arrivé au Grand Prix de Grande-Bretagne, et cela s’est reproduit en Thaïlande : alors qu’il luttait pour le top-10, Aleix Espargaro a dû rentrer aux stands à cause d’un problème technique.

La situation commence à devenir lassante pour celui qui, il l’assure, donne tout au guidon de la RS-GP. Il a ouvertement demandé à Aprilia de mettre plus de moyens sur la table. Une « révolution » sur la moto a été promise pour 2020. Dans le cas contraire, Aleix Espargaro a menacé de mettre un terme à sa carrière, faute de pouvoir être compétitif.

Mais avant 2020, il faut terminer 2019. Et à Buriram, les choses allaient plutôt bien : il s’est hissé en Q2 (qualifié 12e) et a passé toute la course à la 10e place. Mais peu après la mi-course, des problèmes sont apparus et il a dû abandonner. « Je suis très fier de comment je roule, comment je gère la course, mais cela ne dépend pas de moi. Si la moto s’arrête, il n’y a rien que je puisse faire et je suis très, très frustré. »

Mais alors, qu’est-il arrivé ? L’Espagnol dévoile : « Ils savent ce qu’il s’est passé. C’était un problème électronique et la moto ne marchait pas, la boîte de vitesse ne fonctionnait pas, le frein moteur était complètement bloqué et je n’avais aucun contrôle des gaz. C’était presque impossible de rentrer au box. »

En terminant 7e en Aragon, deux semaines plus tôt, Aleix Espargaro avait prévenu : les problèmes ne sont pas partis du jour au lendemain, et ils continueront. La course de Buriram lui donne raison. Lui assure qu’il fait de son mieux, et est persuadé qu’il n’a jamais été aussi rapide :

« Je sens que je roule mieux que jamais dans ma carrière. Le niveau auquel je pousse la moto est vraiment bon, excepté sur deux ou trois circuits. Je le sens sur les freinages, à l’accélération, au travail avec les gars qui s’occupent de l’électronique pour gérer la course. Je le fais mieux que jamais je ne l’ai fait dans ma carrière, et c’est dommage que je ne puisse pas finir devant pour le prouver. Mais c’est la course, cela ne dépend pas toujours des compétences du pilote. »

Et comme preuve de sa vitesse, Aleix Espargaro dresse la comparaison avec l’autre pilote Aprilia, Andrea Iannone, qui n’a terminé que 15e en Thaïlande. « Mon coéquipier est très rapide, et vous pouvez voir la différence entre lui et moi en seulement 18 tours », glisse l’Espagnol.

Classement MotoGP après Buriram (15/19) : 1. Marquez 325, 2. Dovizioso 215 (-110), 3. Rins 167 (-158), 4. Viñales 163 (-162), 5. Petrucci 162 (-163), 6. Rossi 145 (-180), 7. Quartararo 143 (-182), 8. Jack Miller 119 (-206), 9. Crutchlow 102 (-223), 10. Morbidelli 90 (-235)… Classement complet ici

Espargaro met son avenir en question

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store