Tito Rabat : « Je ne paierai pas un euro de plus pour rouler »



Tito Rabat ne sait pas encore ce qu’il fera en 2021, mais a une certitude : il ne sortira plus un euro de sa poche pour continuer à être pilote professionnel. Il a le choix entre revenir en Moto2 ou passer en Superbike.

Le Grand Prix moto du Portugal sera peut-être le dernier de la carrière de Tito Rabat en MotoGP. Poussé vers la sortie par l’équipe Esponsorama Racing, et ce alors qu’il avait un contrat pour 2021 – signé dès juillet 2019 –, il cherche actuellement un guidon pour la saison prochaine. Mais celle-ci ne se fera pas en catégorie reine, où la dernière place restante, dans l’Aprilia Racing Team Gresini, est promise à d’autres pilotes.

Dès lors, deux options s’offrent à lui. La première est de retourner en Moto2, où il a été sacré champion du monde en 2014 . Mais « quand je regarde comment fonctionne la Moto2, je ne pense pas qu’il soit logique de revenir dans cette catégorie, a-t-il expliqué ce jeudi en conférence de presse. La Moto2 est faite pour les jeunes pilotes qui montent ensuite (en MotoGP). La seule chose que j’aime à propos de Moto2, c’est qu’il y a plus d’épreuves que dans le championnat du monde Superbike », souligne-t-il.

S’il cite le Superbike, c’est parce que le WSBK est sa deuxième option. Une place l’attend là-bas, au guidon d’une Ducati qui pourrait porter les couleurs du Barni Racing Team. Une catégorie qui lui conviendrait plus, quand on l’écoute faire la liste des avantages qu’il y trouverait : « Je pourrais m’entraîner avec ma moto près de chez moi, sur la piste d’Almeria, et il y a moins de pression à tous les niveaux. Je pense que le paddock WSBK est un endroit plus agréable, plus familier et plus amusant. Il y a peut-être moins d’intérêts en jeu », opine-t-il, avant de préciser que son choix entre Moto2 et Superbike n’a pas encore été fait. Cela dépendra d’où il pense pouvoir « être heureux et travailler pour être plus rapide ». Son ambition est de recommencer à obtenir de bons résultats, lui qui n’est plus monté sur un podium depuis Valence 2015.

Si des doutes subsistent encore quant au championnat qu’il disputera en 2021, une chose est elle certaine : « Je ne paierai plus pour faire des courses. »

Tito Rabat, qui roulait en 2020 chez Esponsorama Racing avec l’aide de ses sponsors personnels, estime que ce temps est révolu. « J’en suis venu à la conclusion que je suis un bon pilote et que je ne paierai pas un euro pour rouler. Je n’ai pas à faire ça, je pense que je devrais être payé pour rouler. Surtout après ce que j’ai fait avec une moto privée en MotoGP au cours de ces cinq années. »

Championnat MotoGP après Valence 2 : 1. Mir 171 pts, 2. Morbidelli 142 (-29), 3. Rins 138 (-33), 4. Viñales 127 (-44), 5. Quartararo 125 (-46), 6. Dovizioso 125 (-46), 7. Espargaro 122 (-49), 8. Miller 112 (-59), 9. Nakagami 105 (-66), 10. Oliveira 100 (-71)… Classement complet

2021 : Lorenzo, Davies, Diggia… À qui la dernière Aprilia ?

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de