Un nouveau Fabio Quartararo



On avait rarement vu Fabio Quartararo aussi heureux d’une 3e place que pour celle obtenue au Grand Prix de France. Des podiums, le tricolore en a décroché 17 depuis son tout premier à Austin, en 2015. Mais celui-ci avait une saveur particulière. Et il en dit beaucoup sur le nouveau pilote qu’il est en 2021 ; un pilote un cran au-dessus de celui qu’il était l’an dernier, à tous les niveaux.

Peu pariaient sur un podium de Fabio Quartararo sous la pluie ou sur le séchant, et avec raison puisque jamais le Niçois ne s’y était montré réellement compétitif. En tout cas pas pour truster les premières places. Dimanche dernier, il a surpris tout le monde en maintenant un rythme élevé après son changement de moto. Certes, pas assez pour résister au retour de Jack Miller et Johann Zarco, spécialistes de ces conditions. Mais suffisant pour contenir ses autres adversaires, rester sur ses roues et sauver un podium.

La 3e place de Fabio Quartararo s’est aussi jouée dans les tours 4 et 5, quand il a commencé à pleuvoir et qu’il a fallu ramener la Yamaha aux stands. Le Français s’est joué de ces délicatesses et savait qu’il fallait attaquer pour creuser un écart qui serait utile en fin de Grand Prix : sur ces deux tours, il a pris 8 secondes à Francesco Bagnaia (4e), 11 secondes à Danilo Petrucci (5e) et Alex Marquez (6e). Sans cet avantage, il aurait été rattrapé en fin de course.

On dit souvent que pour être champion du monde, il faut savoir être bon partout. Les conditions météorologiques délicates étaient l’un des points faibles du pilote officiel Monster Energy. Il a visiblement trouvé des solutions, et cela pourrait être un déclic pour la suite. « Je pense que ça va beaucoup aider pour le futur », statuait-il en conférence de presse.

Le trophée du Mans n’est donc pas un simple trophée de 3e. « C’est comme une victoire », se félicitait-il à l’arrivée. Il rentre surtout dans le cadre d’une ascension que l’on observe de semaine en semaine.

Dès le premier Grand Prix du Qatar, terminé 5e, il fallait savoir lire la course de Fabio Quartararo pour comprendre que quelque chose avait changé chez lui. En milieu d’épreuve, le Niçois a souffert avec ses pneumatiques alors qu’il avait le podium entre les mains. Mais au lieu de s’énerver et fauter, comme il l’a fait en 2020, il  a patienté, baissé le rythme et attendu que son moment vienne. De 3e, il est descendu à la 7e place, puis a finalement retrouvé des sensations et accroché un top-5. « L’an dernier, lors des courses difficiles je faisais des erreurs et finissais 14e ou par terre. Aujourd’hui nous avons terminé 5e et pris 11 points », soulignait-il.

Une semaine plus tard, la victoire au Grand Prix de Doha, sur le même circuit de Losail, a sonné comme la victoire du Travail. Celui mené entre les deux épreuves, où il a étudié, compris où il pouvait progresser, trouvé des solutions puis a mis cela en application. Seulement 7e à la mi-course, il a gardé son sang-froid, comme si tout était sous contrôle, puis a déroulé son rythme et doublé tout le monde, sans commettre aucune erreur. La stratégie prévue avec son équipe était différente, mais il a su s’adapter au moment où il le fallait.

Mi-avril, son deuxième succès consécutif, à Portimao, fut celui de la Revanche. Celle prise par rapport à la saison 2020, où il s’en était allé du Portugal sur une place de 14e et avec beaucoup d’incompréhension. Certaines choses sur la moto ont changé entre novembre 2020 et avril 2021. Mais ce qui a surtout changé, c’est lui. « 70 % de tout ça est dans la tête, et le reste sur la moto, admettait-il à l’arrivée. J’ai beaucoup appris. L’an dernier j’étais très frustré d’avoir perdu l’opportunité d’être champion, mais nous avons appris beaucoup de choses et j’en suis très content. »

À Jerez, Fabio Quartararo était un cran au-dessus de tout le monde, et partait pour gagner avant que des douleurs à l’avant-bras droit ne le contraignent à céder sa place de vainqueur. Sa déconvenue physique, le pilote Yamaha l’a acceptée, a fait le deuil de sa victoire en pleine course, puis s’est battu pour sauver les points de la 13e place. Trois points, c’est peu, mais ça peut faire toute la différence. La preuve, Fabio Quartararo mène actuellement le classement général pour un point devant Francesco Bagnaia.

On se souviendra du Mans comme de son premier podium dans ces conditions, mais il s’agit donc surtout d’une démonstration supplémentaire de ses progrès. « La saison dernière a été difficile mais je pense avoir appris beaucoup de choses, de l’expérience qui peut m’aider au cours de cette année », disait-il à l’aube de la saison 2021. La vitesse a toujours été avec lui, dès ses débuts en MotoGP. Il a maintenant à son arc les cordes de la gestion, la maturité, la régularité. Les cordes qu’il faut pour envoyer sa flèche loin, très loin. Jusqu’à un titre de champion du monde MotoGP.

Cet article vous plaît ? Aidez-nous à continuer toute la saison en vous abonnant. Soutenez un média sérieux et passionné, lisez nos publications, interviews & analyses exclusives, participez à nos concours, vivez le MotoGP avec nous et profitez d’un site 100 % sans publicité.

Stats : Zarco-Quartararo un peu plus haut

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Un nouveau Fabio Quartararo […]

[…] Un nouveau Fabio Quartararo […]

[…] Un nouveau Fabio Quartararo […]