Un plan B en cas d’annulation du GP de Malaisie



Le Grand Prix de Malaisie est en danger à cause des restrictions liées à la crise sanitaire. Les organisateurs du championnat du monde MotoGP ont un plan B pour le remplacer par une autre course eu Europe.

Le peloton MotoGP verra-t-il la couleur du circuit de Sepang en 2021 ? Prévu le week-end du 24 octobre, le Grand Prix de Malaisie est tout sauf certain d’être disputé. En cause : le rebond de l’épidémie de Covid-19, et les restrictions qui en découlent.

Les chiffres de l’épidémie n’ont jamais été aussi élevés dans le pays, avec une moyenne d’environ 20 000 cas et plus de 200 décès par jour sur la dernière semaine. Ainsi que le rapporte le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, la Malaisie est confinée : « En raison d’une recrudescence des cas de Covid-19 en Malaisie et d’une forte mise sous tension des infrastructures de santé, un confinement strict dit Full Movement Control Order (FMCO) est instauré sur l’ensemble du territoire. »

De même, l’entrée sur le territoire est interdite, et strictement encadrée quand une autorisation est délivrée. « Les Malaisiens et étrangers autorisés à entrer sur le territoire sont soumis à une obligation de quarantaine de 14 jours dans un centre ou hôtel désigné par les autorités malaisiennes, aux frais des personnes entrant sur le territoire. La vaccination n’exonère pas d’accomplir la quarantaine. A leur arrivée, tous les voyageurs doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures et devront effectuer un second test à l’aéroport. Un test PCR sera également demandé au dixième jour et en fin de quarantaine. »

Si le Grand Prix de Malaisie a bien lieu, il devrait se faire avec des procédures semblables à celles vécues au Qatar – pilotes et employés du paddock testés avant d’embarquer et à l’arrivée, confinement à l’hôtel, « bulle sanitaire » circuit-hôtel durant toute la durée de l’événement. La Dorna négocie avec les ministères de la Santé et des Sports malaisiens pour obtenir des assouplissements. On devrait en savoir plus d’ici le Grand Prix de Grande-Bretagne, fin août, confie à Speedweek un responsable de la Dorna.

En cas d’annulation, l’épreuve de Sepang sera remplacée, car les organisateurs tiennent à avoir un championnat d’au moins 18 courses. Le plan B comprend une deuxième course au Misano World Circuit Marco Simoncelli, en plus du Grand Prix de Saint-Marin qui s’y déroulera le week-end du 19 septembre. Le second n’aurait pas lieu la semaine suivante, comme ce fut le cas à Losail et Spielberg cette année, mais en octobre, à la place du Grand Prix de Malaisie.

Une autre option est d’ajouter une deuxième course à Jerez de la Frontera, après celle déjà disputée là-bas début mai. Elle se déroulerait, avant les Grands Prix du Portugal et de Valence. Un enchaînement qui aurait un certain sens géographique, car les pistes de Jerez, Portimao et Valence sont proches les unes des autres.

Les chiffres du GP de Styrie

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gerard
1 mois il y a

Y en a que pour les espagnols !

[…] l’écrivions début août : les chiffres de l’épidémie de Covid-19, jamais aussi élevés qu’en ce […]