Valence 2, Quartararo : Avoir la moto factory n’était « pas le bon choix cette année »



Tombé à Valence, Fabio Quartararo se dit dans une situation « incompréhensible ». Il n’a pas eu de bonnes sensations sur la Yamaha ce week-end, comme depuis plusieurs semaines, en dépit de nombreuses modifications effectuées. Pendant ce temps, son coéquipier Franco Morbidelli gagne avec une moto moins récente.

La saison 2020 de Fabio Quartararo avait débuté en fanfare, avec deux victoires à Jerez ; elle est en train de se terminer d’une bien triste manière. Les semaines passent et les difficultés s’accumulent sur la Yamaha YZR-M1, moto avec laquelle le Français est perdu. Littéralement perdu. Son week-end de Valence 2 en est la parfaite illustration. De vendredi matin à dimanche après-midi, El Diablo n’a cessé de faire des modifications sur sa machine. Résultat : « aucune amélioration », se désole-t-il.

Parti 11e à Valence, il a perdu ses chances de briller des le premier tour, sur un freinage trop tardif où il a manqué d’emporter Maverick Viñales. Reparti 19e, il a repris quelques positions et s’est frayé un chemin jusqu’à la 15e place. Puis deuxième erreur, nouvelle tentative de remontée… et chute, au 9e tour.

La triste fin d’un Grand Prix de la Communauté valencienne qui résume à lui seul la difficile dernière partie de championnat vécue par Fabio Quartararo. Incompréhension devant les problèmes rencontrés, envie d’essayer son ancienne Yamaha pour se jauger, premiers préparatifs pour 2021 : voici ce qu’il nous a expliqué lors de son débriefing.

Un tout-droit puis une chute : « J’ai freiné un peu trop tard au virage 2, je me suis fait une frayeur et j’étais proche de heurter Maverick, donc je suis sorti. (En remontant) je voyais les autres avoir de la vitesse en virage, j’essayais juste de faire la même chose qu’eux mais malheureusement j’ai chuté. »

« Incompréhensible » : C’est difficile. Il nous manque de la vitesse et je ne sais pas quoi dire. Depuis Le Mans le feeling n’est pas là, j’essaie de travailler de la meilleure manière possible et nous ne sommes pas rapides. Nous avons besoin de trouver une solution, j’espère l’avoir à Portimao parce que ce n’est pas normal. Sur des circuits comme Jerez ou Barcelone j’étais dans le coup direct, mais sur d’autres nous souffrons trop. C’est quelque chose que je n’arrive pas à expliquer.

« Je suis arrivé à Jerez en pleine forme et je le suis encore aujourd’hui, (là-bas) je pense que je me suis adapté plus vite que les autres après 3 mois sans rouler au MotoGP. Mais les chronos étaient rapides, et à Barcelone aussi. Ce sont des circuits où nous étions extrêmement rapides en 2019, mais l’an dernier au test de Valence j’avais un rythme de fou, et cette année on roule vraiment doucement, sur la moto je sens que je ne vais pas vite et je ne peux pas faire autrement. C’est frustrant. Je dois choisir entre tourner ou faire une bonne accélération et je ne comprends pas. Jerez et Barcelone sont deux pistes totalement différentes avec des conditions différentes, et (ce qu’il se passe) est incompréhensible. »

Avoir la nouvelle moto était un mauvais choix : « Pour moi, la différence entre les motos de 2019 et 2020 est vraiment grande. Franco (vainqueur à Valence, NDLR) a aussi franchi un cap, parce que l’an dernier il n’a fait aucun podium et cette année il est bien plus rapide. Il a progressé, il travaille très bien. Moi, même si j’ai gagné trois courses cette année je ne suis pas si content, parce qu’avec plus de constance nous nous serions battus pour mieux. Je ne suis pas content mais c’est la moto que nous voulions, j’ai poussé pour avoir la moto factory et malheureusement, cette année ce n’était pas le choix correct. »

Envie d’essayer la moto de 2019 : « Je serais curieux de voir le potentiel que nous pouvons avoir avec les nouveaux pneus et l’ancienne moto, parce qu’ici, au test (de novembre 2019) j’étais extrêmement rapide, et là je suis à plus d’une seconde du rythme. (…) J’adorerais essayer le châssis de 2019 à Portimao mais je ne pense pas que ce soit possible. »

Préparer 2021 : « Je pense que nous devons être intelligents concernant le package de 2021. J’espère que Yamaha pourra nous comprendre. Nous allons avoir des réunions à Portimao. (…) Je pense qu’il ne faut pas se précipiter sur les décisions de l’année prochaine. Il fait voir les points positifs qu’on a sur la moto de cette année et ceux de l’année dernière. »

« De mon point de vue, en ce moment je partirais avec la moto de 2019, vraiment constante. Cette année on a fait 13 courses mais sur 7 circuits différent, ce n’est pas vraiment une saison compète. Sur une saison complète, avec 20 circuits différents, on peut en faire 5 bien mais être perdus sur les 15 autres,et ça c’est quelque chose que nous n’avions pas l’an dernier, nous étions réguliers. Il faut analyser ça, mais pour l’instant je serai plus pour partir avec la moto de l’année dernière que celle de cette année. »

Championnat MotoGP après Valence 2 : 1. Mir 171 pts, 2. Morbidelli 142 (-29), 3. Rins 138 (-33), 4. Viñales 127 (-44), 5. Quartararo 125 (-46), 6. Dovizioso 125 (-46), 7. Espargaro 122 (-49), 8. Miller 112 (-59), 9. Nakagami 105 (-66), 10. Oliveira 100 (-71)… Classement complet

Valence 2, Championnat : Quartararo perd 3 places, Morbidelli nouveau dauphin

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Valence 2, Quartararo : Avoir la moto factory n’était « pas le bon choix cette année » […]

[…] Valence 2, Quartararo : Avoir la moto factory n’était « pas le bon choix cette année » […]