Valence : Les planètes se sont alignées pour Mir



Vainqueur du Grand Prix d’Europe, Joan Mir a fait carton plein grâce aux contre-performances des pilotes Yamaha. « Ce n’est pas encore fini », mais l’Espagnol est plus proche que jamais d’être sacré champion du monde MotoGP.

L’histoire de Manuel Herreros et Emilio Alzamora, champions du monde sans gagner une course de la saison, ne sera pas celle de Joan Mir. Souvent sur le podium mais jamais sur la plus haute marche, il a finalement triomphé de ceux qui lui prédisaient pareil destin en remportant le Grand Prix d’Europe. Une victoire acquise en patron parl e pilote Suzuki : départ dans le groupe de tête, prise de la tête de la course au 17e tour, sécurisation de sa première place et franchissement de la ligne d’arrivée sans avoir été attaqué par personne.

Le succès ne pouvait pas mieux tomber pour Joan Mir, car il se combine à la chute de Fabio Quartararo (14e), le départ depuis la pit-lane de Maverick Viñales (13e), la contre-performance de Franco Morbidelli (11e) et le résultat en demi-teinte d’Andrea Dovizioso (8e). À l’exception d’Alex Rins (2e), tous ses adversaires pour le titre se sont manqués.

Le pilote de Palma de Majorque ne veut pas encore crier victoire, mais ça sent très bon pour lui. Avec 37 points d’avance sur le second, il pourrait être titré dès dimanche prochain s’il termine 3e à Valence, où une deuxième épreuve consécutive aura lieu.

La première victoire : « Je me sens incroyablement bien d’avoir finalement gagné. C’était dur, chaque fois le championnat se resserrait et je devais trouver le compromis entre vitesse et risques. Aujourd’hui la moto marchait super bien, j’avais l’opportunité de gagner et je l’ai saisie. Je suis vraiment heureux, je ne peux pas demander mieux.  »

« C’est mon meilleur week-end de la saison car c’est très difficile d’être compétitif dans toutes les conditions. Vendredi j’ai commencé en ayant un peu de mal sur le mouillé, puis les conditions étaient séchantes (em FP2) et c’était compliqué de trouver les bons réglages. Le team a fait un boulot incroyable, et samedi la moto marchait super. Au warm-up je me sentais particulièrement bien et je me suis dit que c’était peut-être le jour pour essayer de gagner. »

« Les 2 derniers tours je me disais : ‘Sois prudent avec les freins, essaie de ne pas perdre l’avant, ne commet pas d’erreur’. Je faisais très attention et ces derniers tours ont été très longs (rires). Je pense que nous montrons que la pression n’est pas un gros problème pour nous. C’est important de continuer à montrer ce potentiel, ne pas faire de la pression quelque chose de négatif. »

Le titre se rapproche : « Maintenant plus que jamais, nous devons être vraiment intelligents, parce que nous avons un bon avantage en nombre de points mais ce n’est pas terminé, et nous devons utiliser cet avantage d’une bonne manière. Ce sera crucial de le faire lors de la prochaine course. »

La « vraie » pression est ailleurs : « C’est sûr que nous avons de la pression car nous jouons nos vies et nous devons être très concentrés sur ce que nous faisons, mais c’est notre travail et ce n’est pas ça, la vraie pression. Si je gagne c’est génial, si je ne gagne pas je serai content quand même. Les gens qui ne peuvent pas payer leur loyer à cause du Covid-19, ceux qui ne peuvent pas ramener d’espoir quand ils rentrent chez eux, ça, c’est la vraie pression. C’est pour ça que quand j’entends des questions sur la pression, je pense à tout ça et je dis que je n’ai pas de pression, car j’irai bien quoi qu’il arrive. Je suis un privilégié. »

Une année pour apprendre, une année pour gagner : « Normalement, lors de ma première année dans une catégorie, mon style nature est agressif. Quand je n’ai pas la vitesse parce que je n’ai pas d’expérience, j’essaie d’être très agressif. Comme l’an dernier lorsque j’ai fait beaucoup d’erreurs, que j’essayais beaucoup de choses. Cette année je chute moins et je suis plus rapide. C’était pareil en Moto3, la deuxième année j’étais beaucoup plus calme et propre en piste. »

Cliquez ici pour accéder aux résultats de la course.

Championnat MotoGP après Valence : 1. Mir 162 pts, 2. Quartararo 125 (-37), 3. Rins 125 (-37), 4. Viñales 121 (-41), 5. Morbidelli 117 (-45), 6. Dovizioso 117 (-45), 7. Espargaro 106 (-56), 8. Nakagami 105 (-57), 9. Miller 92 (-70), 10. Oliveira 90 (-72)… Classement complet ici

Valence, Championnat : Mir et Suzuki au plus près des étoiles

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Valence : Les planètes se sont alignées pour Mir […]