Valence, Rossi : « Inoubliable »



Valentino Rossi a vécu un grand dernier Grand Prix en carrière. Qualification en Q2, 10e place en course, pluie d’hommages émouvants, fête à l’arrivée : le nonuple champion du monde s’en va heureux de ce dernier jour à Valence.

Surpris par son week-end : « C’était un week-end très spécial, je ne m’y attendais pas. Au contraire, j’étais inquiet pour cette dernière course. Ça fait longtemps que j’y pense, et je ne savais pas ce que je ressentirais, même si je pouvais rester concentré. Je passe un super week-end depuis jeudi, avec plein de surprises. J’étais heureux de ressentir ce respect de la part de tous les autres pilotes, ce n’est pas une chose si évidente [à gagner]. »

Un top-10 plus important que les autres : « J’ai réussi à rouler comme je l’aime et j’ai conclut ma carrière en terminant dans les 10 meilleurs pilotes mondiaux. Cela signifie beaucoup pour moi, car on garde généralement le dernier résultat en tête tout l’hiver, donc ça durera beaucoup plus longtemps. Dans dix ans, je pourrai dire : j’ai terminé ma dernière course dans le top-10. Avec le gros bordel que nous avons fait comme si nous avions gagné le titre, c’est une journée que je n’oublierai pas ! Bagnaia m’a aidé pour que je parte 10e, puis je me suis concentré comme si je jouais le championnat du monde. C’était important car j’étais encore un pilote, j’ai fait de mon mieux et je n’ai commis aucune erreur. »

Finir en beauté : « Ça a été une saison longue et difficile, cruciale pour moi au début, car je devais décider si je continuerais ou non, mais les résultats ne sont pas venus. Après avoir annoncé ma retraite, ça aurait été facile d’abandonner, mais mon équipe m’a soutenu. Après le GP d’Algarve, j’ai dit que je ne voulais pas finir dernier à Valence, et je pense y avoir fait ma meilleure course de la saison. »

Le dernier tour : « J’ai essayé de ne pas penser au fait que c’était le dernier, je l’ai fait pendant toute la course et c’était un super test psychologique. Je me suis concentré uniquement sur mon pilotage, et j’ai vraiment apprécié ça. J’avais Morbidelli derrière moi, je savais qu’il voulait me doubler, mais maintenant je pourrai toujours lui dire que tant que j’étais en piste, il ne pouvait pas me battre (rires). »

La surprise préférée de son week-end : « Voir toutes mes motos était chouette, comme prendre dans mes bras tous les autres pilotes jeudi, et aujourd’hui après la course. Mais la surprise que j’ai la plus appréciée était de voir tous les pilotes de la VR46 Riders Academy porter mes anciens casques, c’était une super idée. »

Le maillot reçu par Ronaldo : « C’est mon idole, il est pour moi le meilleur sportif en dehors des sports mécaniques. J’allais à San Siro pour l’encourager, je pense qu’il m’a donné les mêmes émotions que j’ai pu donner à mes fans. Ça m’a fait comprendre ce que ça fait d’être de l’autre côté. »

Sa carrière en trois mots : « Surtout amusante, puis époustouflante et très compétitive. »

Ce qu’il changerait s’il pouvait revenir dans le passé : « Je reviendrais ici, à Valence, en 2006, où je ferais face à cette course de manière plus préparée et concentrée, et peut-être que je ne tomberais pas. Mais je retournerais surtout en 2015, l’année où j’avais fait tout ce qu’il fallait, j’ai perdu sans aucune faute de ma part et ça fait très mal. C’est mon plus gros regret, car certes, la défaite de 2006 est là, mais en 2015 le titre aurait été plus important, car j’aurai atteint les dix victoires en championnat du monde, donc ça fait mal. Mais tout le reste était fantastique. »

Un regard sur le passé : « Ce sera plus difficile pour moi dans les prochaines semaines, les prochains mois, en mars quand le championnat débutera et que je ne serai pas là. Je ne peux pas me plaindre de mes résultats, mais si j’avais mis autant d’engagement et autant d’efforts que j’ai mis ces 10 dernières années dans ma première moitié de carrière, j’aurai probablement gagné plus. Mais j’étais jeune, et il y a des choses que l’on apprend avec l’âge. »

L’avenir : « D’un côté, je suis content car je vais avoir plus de temps libre, je vais continuer à être pilote, et j’espère que j’aimerai autant les voitures que les MotoGP. Puis je vais devenir père, et je vous dirai comment je me sentirai quand ça arrivera. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bernard
22 jours il y a

Tu es et tu resteras dans nos cœur comme le plus grand. Un seul mot pour résumer: MERCI

11 heures il y a

pixel sex games https://cybersexgames.net/