Valence, Zarco (9e) : Progresser pour jouer le podium dimanche prochain



Une erreur « stratégique » dans les derniers tours n’empêche pas Johann Zarco d’être satisfait de son top-10 au Grand Prix d’Europe. Récit.

Très à l’aise sur le mouillé à Valence (4e en FP1, 1er en FP3, 4e en Q2), Johann Zarco n’était pas certain de pouvoir répéter ces performances dans les conditions sèches qui attendaient les pilotes en course. Les doutes qui pouvaient surgir après le warm-up (17e) ont toutefois été effacés quelques heures plus tard, car le pilote tricolore a délivré une belle prestation en course.

Comme en Aragon, son plan était de partir fort, s’accrocher au bon wagon et résister jusqu’au bout. Plutôt bien sorti des premiers virages (6e), Johann Zarco n’a pas pu suivre le trio de tête – Alex Rins, Joan Mir, Pol Espargaro –, mais s’est solidement accroché à sa 6e place, dans le sillage de Miguel Oliveira et Takaaki Nakagami. Ces premières minutes sont le premier point positif qu’il retient de sa performance, notamment parce qu’il a pu observer ses adversaires. Toujours utile, puisqu’il se considère toujours en phase d’apprentissage :

« Je dirais que je suis satisfait car je me suis senti fort en début de course, et c’est toujours important. Et ce alors qu’on n’avait pas fait beaucoup de tours sur le sec. C’est positif de ressentir que l’on contrôle bien la moto ; pour moi ça confirme vraiment que ça avance bien et que j’ai plus de contrôle, donc que je peux faire plus de choses et être rapide. Avec ce rythme j’ai pu voir les points forts des Honda et des KTM. Je pense que ça peut nous aider à améliorer nos points faibles, car nous ressentons clairement que nous en avons quelques-uns depuis presque le début de l’année. C’est la bonne façon de travailler. »

Longtemps 6e, Johann Zarco s’est ensuite fait déposséder de sa place par Jack Miller. Si son pneu s’est « un peu dégradé », il met surtout sa perte de rythme sur le compte d’erreurs personnelles commises au fur et à mesure des kilomètres.

Toujours 7e à l’entame des deux derniers tours, Johann Zarco s’est finalement fait doubler par Andrea Dovizioso et Brad Binder. Son erreur ? N’avoir pas souhaité répondre au pilote italien pour ne prendre aucun risque vis-à-vis du championnat, explique-t-il (Andrea Dovizioso est aussi pilote Ducati). « J’étais un peu en colère et déçu de ces deux derniers tours, car avec ma stratégie j’aurais pu garder la 7e place et mieux me battre. je ne l’ai pas fait parce que j’ai vu Dovi et j’ai pensé que c’était mieux d’en rester là, car on ne sait jamais pour le championnat. Binder m’a doublé alors que j’étais en train de penser à ça, ils ont été un peu plus rapides que moi et je n’ai pas pu ré-attaquer. »

Pas une raison pour gâcher le bilan globalement positif de son week-end, insiste-t-il cependant. 

Contrairement à ce qui a été annoncé par l’organisation, Johann Zarco n’est pas parti avec des pneus tendres mais avec le dur à l’avant et le medium à l’arrière. Pas de doute de ce côté-là, et déjà du temps gagné pour le prochain Grand Prix. « Ce choix était le bon et je pense que je ferai le même la semaine prochaine. Donc en ce qui concerne les pneus, nous avons ce qu’il faut ici à Valence si tout se passe sur le sec la semaine prochaine. Que ce soit le matin ou l’après-midi, nous avons des bons pneus pour travailler, et même s’il fait un peu plus froid. »

Retour au circuit Ricardo Tormo de Valence, le week-end prochain, avec la certitude que « nous pouvons progresser puisque nous avons beaucoup d’options pour améliorer la moto ». Pas de complexe particulier sur ce circuit, théoriquement pas favorable à la Ducati. « Peut-être que c’est le nouveau pneu arrière Michelin qui nous causent un problème, je pense que Ducati n’a pas encore trouvé la solution mais je pense qu’il est possible de se battre pour le podium ici la semaine prochaine. J’y crois car ce sont de petites choses : à peine 2 dixièmes au tour à trouver et c’est bon. »

Johann Zarco a déjà quelques pistes pour essayer de trouver ces 2 dixièmes qui lui manquent : la vitesse de passage dans les virages, le « turning », l’un des points faibles de la Ducati. « Parce que je peux bien compenser sur les phases de freinage, ça reste un point fort, mais je compense un peu trop. Je pense que je perds quelques mètres en sortie de virage parce que je ne suis pas assez bien placé. Ma force au freinage, je ne l’utilise pas pour doubler quelqu’un mais pour rattraper quelqu’un. Pour moi, ces 2 dixièmes viennent de là. Si tu peux mieux faire la sortie de virage, tu doubles au lieu de rattraper. À mon avis, c’est là où on peut aller chercher les 2 dixièmes. »

Cliquez ici pour accéder aux résultats de la course.

Championnat MotoGP après Valence : 1. Mir 162 pts, 2. Quartararo 125 (-37), 3. Rins 125 (-37), 4. Viñales 121 (-41), 5. Morbidelli 117 (-45), 6. Dovizioso 117 (-45), 7. Espargaro 106 (-56), 8. Nakagami 105 (-57), 9. Miller 92 (-70), 10. Oliveira 90 (-72)… Classement complet ici

Zarco : L’expérience Honda l’a « beaucoup aidé à signer chez Ducati »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de