Yamaha, une saison historique



MotoGP, Superbike, Supersport, British Superbike, MotoAmerica, MX2, AMA Motocross… Yamaha s’est adjugé une bonne partie des titres les plus prestigieux de la saison 2021.

Yamaha se souviendra de 2021 comme d’une année sportivement faste, peut-être l’une des meilleures de l’histoire de la marque. Une année où il a fallu faire de la place sur les étagères, pour tous les nouveaux trophées qui sont venus s’ajouter.

D’abord, et avant-tout, le titre suprême : celui de champion du monde MotoGP, acquis avec Fabio Quartararo. Une première depuis 2015, lorsque Jorge Lorenzo l’avait emporté de justesse devant Valentino Rossi. Vaincue par Honda (de 2016 à 2019) et Suzuki (2020) ces dernières années, la firme au diapason retrouve enfin le toit du monde de la vitesse.

À cette couronne MotoGP est venue s’ajouter, un mois plus tard, celle du championnat du monde Superbike, obtenue par Toprak Razgatlioglu. Il s’agit là du premier doublé MotoGP-Superbike depuis 2009, quand Valentino Rossi et Ben Spies avaient triomphé dans les deux catégories. Yamaha décroche d’ailleurs sa première triple-couronne en Superbike, remportant les classements teams (Pata Yamaha with Brixx WorldSBK) et constructeurs.

Le bilan est quasi-parfait dans la série WorldSBK, puisque Dominique Aegerter avait aussi remporté le championnat du monde Supersport, quelques semaines plus tard. Là-encore, Yamaha s’offre la triple-couronne en dominant les classements teams (Ten Kate Racing Yamaha) et constructeurs. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

La firme japonaise a en effet également dominé la plupart des championnats nationaux de Superbike : celui de Grande-Bretagne avec Tarran Mackenzie, des États-Unis avec Jake Gagne, de France avec Mathieu Gines et du Japon avec Katsuyuki Nakasuga. La saison n’est pas encore terminée en Australie, où Cru Halliday est encore en mesure de jouer la gagne.

Outre la vitesse, Yamaha a aussi collectionné les coupes en tout-terrain cette année. Le championnat du monde MX2 n’a pas résisté au Français Maxime Renaux, tandis que son compatriote Dylan Ferrandis a remporté le prestigieux championnat des États-Unis (AMA Motocross) en catégorie 450cc. Toujours sur le continent américain, la saison de Supercross a été dominée par les Bleus dans la catégorie 250cc, à l’Ouest (Justin Cooper) comme à l’Est (Jake Nichols).

D’autres titres pourraient venir compléter la liste, par exemple celui de champion de France MX1 de Maxime Desprey, également vainqueur du SX Tour quelques mois plus tard. Bref, une année qu’il sera difficile d’égaler chez Yamaha !

Les principaux titres remportés par Yamaha en vitesse (2021) :

– Championnat du monde MotoGP (Pilotes) avec Fabio Quartararo

– Championnat du monde Superbike (Pilotes) avec Toprak Razgatlioglu
– Championnat du monde Superbike (Teams) avec Pata Yamaha with Brixx WorldSBK
– Championnat du monde Superbike (Constructeurs)

– Championnat du monde Supersport (Pilotes) avec Dominique Aegerter
– Championnat du monde Supersport (Teams) avec Ten Kate Racing Yamaha
– Championnat du monde Supersport (Constructeurs)

– Championnat de Grande-Bretagne Superbike avec Tarran Mackenzie
– Championnat des États-Unis Superbike avec Jake Gagne
– Championnat du Japon Superbike avec Katsuyuki Nakasuga
– Championnat de France Superbike avec Mathieu Gines
– Championnat d’Espagne Supersport avec Borja Gómez Rus

Quelques autres titres remportés par Yamaha en tout-terrain (2021) :

– Championnat du monde MX2 (Pilotes) avec Maxime Renaux
– Championnat du monde MX2 (Constructeurs)

– Championnat des États-Unis MX 450 avec Dylan Ferrandis
– Championnat des États-Unis SX 250 Ouest avec Justin Cooper
– Championnat des États-Unis SX 250 Est avec Colt Nichols

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Christophe Neffe
12 jours il y a

C’est clair que Fabio ne doit son titre qu’à lui même et sûrement pas aux qualités de sa machine…

[…] Yamaha, une saison historique […]