2006 nous enseigne que « tout peut arriver à Valence »



Il faut que Fabio Quartararo gagne à Valence et que Francesco Bagnaia ne marque pas plus d’un point pour que le Français soit sacré champion du monde MotoGP 2022. C’est « pratiquement impossible, mais rien n’est impossible », a-t-il déclaré. L’histoire nous enseigne qu’il a raison. Retour sur le final renversant de la saison 2006 pour illustrer cela. ✪ Contenu Premium. Version sans pub, intégralité du site… GP-Inside ne survivrait pas sans ses abonnés. Soutenez notre travail, rejoignez nos membres Premium !.

Attention si vous voyez ce message c'est que votre application n'est pas à niveau.
Si vous êtes sur Android, la mise à jour est disponible.
Si vous êtes sur Ios/Iphone, la mise aura lieu ce weekend ou en début de semaine prochaine. Merci de votre compréhension !

Ce contenu est réservé aux membres Premium

Cliquez ici pour découvrir les avantages réservés aux membres Premium

 

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour le lire.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bil
1 mois il y a

A Lourdes aussi « tout peut arriver à Valence »

[…] 2006 nous enseigne que « tout peut arriver à Valence » […]

Bellmella
1 mois il y a

>>> Bienvenue dans le meilleur Club intime – – – – http://alturl.com/e662h

[…] 2006 nous enseigne que « tout peut arriver à Valence » […]

[…] 2006 nous enseigne que « tout peut arriver à Valence » […]

[…] 2006 nous enseigne que « tout peut arriver à Valence » […]