Comme un poisson dans l’eau



Il y a des courses qui marquent une carrière. Qui ressemblent à des victoires même quand elles n’ont pas été remportées. Ainsi sera peut-être considérée l’épreuve de Mandalika 2021 pour Fabio Quartararo. Elle restera comme celle où El Diablo a vaincu ce que certains présentaient comme l’un de ses démons : le bitume mouillé.

Oui, il y avait eu Le Mans 2021 et sa troisième place, mais les conditions étaient bien différentes : le départ avait été donné sur le sec, et la fin du Grand Prix s’était déroulée sur une piste bien séchante. Là, le sol indonésien est resté trempé de bout en bout. Et cela n’a pas empêché Fabio Quartararo de se montrer à un niveau auquel nul ne s’attendait. Jusqu’à décrocher le trophée de second.

Certes, ce n’est pas la première fois que le Niçois se débrouille bien sur le mouillé. Il ne s’en était pas mal tiré lors de ses premières séances dans ces conditions en MotoGP, en 2019. Mais 2020 et 2021 n’avaient pas été de bonnes années pour lui quand les averses tombaient. D’où le fait que quand une pluie torrentielle s’est abattue sur le circuit de Mandalika, dimanche, de nombreux observateurs l’ont écarté de la course à la victoire.

Les premiers tours ont failli leur donner raison. Auteur du holeshot, Fabio Quartararo a ensuite régressé au classement. De leader, il a glissé au cinquième rang au bout de quatre tours. Mais la descente s’est arrêtée là, et a ensuite fait place à une remontée aussi inespérée qu’efficace.

Le niveau de grip « incroyable » de la piste de Mandalika a mis le champion du monde MotoGP en confiance. Et après quelques minutes d’adaptation, il s’est mis à rouler chaque fois plus vite. À tel point qu’il est revenu sur Alex Rins, Johann Zarco et Jack Miller, tous trois connus pour être bons sous la pluie, et pourtant tous trois effacés. Plus fluide que jamais dans ces condtions, Fabio Quartararo a même repris 4 secondes au vainqueur, Miguel Oliveira, dans les 7 derniers tours. Et claqué le meilleur temps de la course.

Certes, Mandalika 2021 ne fait pas du Français le meilleur pilote sous la pluie du championnat. Mais cela en fait le meilleur pilote sous la pluie de cette course-là. Confiance, quelques progrès dans les réglages, grip et déclic furent les clés de cette performance.

Heureux de sa deuxième place, Fabio Quartararo a aussi remis les pendules à l’heure après sa décevante neuvième position au Qatar. Les 20 points glanés en Indonésie le classent au troisième rang du championnat. Sa saison 2022 est lancée.

Mandalika, Quartararo (2e) : « J’ai trouvé quelque chose sur le mouillé ! »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Djoe
1 mois il y a

Nous sommes en 2022..

[…] Comme un poisson dans l’eau […]