Ducati et l’équation du « trop de pilotes rapides »



Des pilotes qui jouent le titre, des jeunes déjà vainqueurs et d’autres pas loin de l’être, Ducati possède un vivier bourré de talent. Une stratégie établie depuis des années, dont le constructeur récolte les fruits aujourd’hui.

Huit motos engagées en catégorie reine et autant qui sont performantes, Ducati est le constructeur le plus en vue en MotoGP. Au sein du team officiel, l’expérience de Jack Miller allié au talent intrinsèque de Francesco Bagnaia ont crée un duo très solide pour le constructeur italien. S’appuyant sur ses deux pilotes d’usine, Paolo Ciabatti et ses compères ont décider de préparer l’après.

« Notre stratégie était de passer Pecco et Jack dans le team officiel, expliquait le directeur sportif en conférence de presse à Assen. Et d’avoir derrière des jeunes prometteurs, c’était une bonne idée. »

A l’heure actuelle, ces pilotes ont franchi un cap dans leur apprentissage en MotoGP. Ducati se retrouve face à un problème : le choix du roi. Enea Bastianini a remporté trois courses, Fabio Di Giannantonio a décroché sa première pole position pour Gresini Racing, Marco Bezzecchi est monté sur le podium, le premier pour l’équipe VR46, et son coéquipier Luca Marini se maintient à un très bon niveau. Chez Pramac, Johann Zarco occupe la troisième place du championnat alors que Jorge Martin est capable de bonnes prestations. Bref, ils sont tous à un très haut niveau, presque celui d’un guidon officiel.

« On a peut-être trop de pilotes rapides mais dans le même temps, ça nous aide à développer la moto dans le bon sens. Ils doivent juste être plus réguliers. Un 0 dans ce championnat ne t’aide pas à être un candidat au titre même si tu as un gros rythme. On le voit avec Zarco qui n’a pas gagné de course mais qui, par sa régularité, est bien placé au championnat.» 

Avec le départ de Jack Miller vers KTM, une place dans le team officiel est vacante. C’est là que le casse-tête commence. Qui pour succéder à l’Australien ? Johann Zarco aurait pu être un candidat mais les Italiens semblent vouloir quelqu’un de plus jeune que le Français. Luca Marini, Marco Bezzecchi et Fabio Di Giannantonio sont encore un ton en dessous des deux restants. Les deux profils pour ce guidon sont donc Jorge Martin et Enea Bastianini.

Il y aura forcément un déçu et cela pourrait influer sur ses performances futures, ou actuelles en cas de pression. Ducati a décidé de prendre sa décision après le Grand Prix d’Autriche, en août.

Zarco en tête de la ‘Coupe Ducati’

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
lumix
25 jours il y a

Ils peuvent gagner les 3/4 des grand-Prix de cette saison mais malheureusement aucun ne deviendra le champion du monde à la fin de la saison ! Quel gâchis ! Pourtant DUCATI a la meilleure motoGP du plateau !!!

Christophe Neffe
24 jours il y a
Répondre à  lumix

C’est pour ça qu’ils seront cdm constructeurs pour la 3 de suite 👌👌

Braccini
24 jours il y a

Comment peuvent-ils prétendre que le grand nombre de motos leur permet d’évoluer plus vite ? Il ont des motos 2020, 2021, 2022 et des bâtarde 2021/2022. Et ils prétendent tirer des infos de toute cette pagaille ?
Je crois plutôt qu’en occupant le terrain, ils se gardent sous la main beaucoup de pilotes qui ne sont pas à la concurrence, une façon d’occuper le terrain…

[…] Ducati et l’équation du « trop de pilotes rapides » […]