Le paradoxe Carlos Tatay



En 2022, Carlos Tatay réalise déjà sa meilleure saison en Moto3. Pourtant, le pilote CFMOTO Racing PrustelGP semble stagner après trois années complètes dans la catégorie, lui qui incarnait autrefois les espoirs de la vitesse espagnole.

Peut-on déjà ranger Carlos Tatay dans la case des espoirs déchus ? En 2018, le monde la moto découvrait l’Espagnol en Red Bull MotoGP Rookies Cup. À seulement 15 ans, il remportait sa deuxième course dans le championnat. L’année suivante, le natif de Valence faisait sensation : avec neuf podiums en dix courses, Carlos Tatay remportait le titre devant un certain… Pedro Acosta. Les espoirs de le voir réaliser une belle carrière étaient permis.

Il soignait ensuite bien ses débuts en Moto3, terminant douzième à l’occasion du Grand Prix de Catalogne 2019, où il était présent en tant que wild-card. Un résultat qu’il réalisera de nouveau en fin de saison au Motorland Aragon, pour son second week-end en championnat du monde. Titularisé en 2020 par Avintia Esponsorama Racing, Carlos Tatay réalisait une saison typique d’un rookie, avec des hauts et des bas. Six fois dans les points, l’Espagnol se classait 22ème du championnat avec 26 points, et une sixième place pour meilleur résultat à Valence. Reconduit au sein de la même équipe en 2021, cette campagne devait être celle de la confirmation, mais l’espoir espagnol n’a pas répondu aux attentes, finissant 21ème au championnat avec 40 points.

Carlos Tatay a rejoint en 2022 le team CFMOTO Racing PrustelGP. Troisième lors de la seconde manche en Indonésie, il a marqué des points huit fois et compte actuellement 64, soit 7 unités de mieux que son coéquipier Xavi Artigas. Mais il n’est pas au niveau des hommes qui se battent pour le podium, et encore moins pour le titre – il compte 118 points de retard sur le leader, Sergio Garcia. La comparaison avec son adversaire de l’époque en pré-GP, Pedro Acosta, fait encore plus mal. Ce dernier est champion du Moto3 en titre, brille en Moto2 et espère passer en MotoGP avec KTM dans les prochaines années.

À court terme, Carlos Tatay doit revenir rapidement en tête du peloton pour espérer attirer l’œil de certaines équipes Moto2. Ou, au moins, construire sa place en Moto3 pour briguer les médailles de la petite catégorie. Une première victoire pourrait faire office de déclic. C’est peut-être de ça dont il a besoin pour retrouver la fougue de ses années juniors.

Les espoirs du MotoGP (2/10) : Ai Ogura

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires