Thaïlande : « Fabio était frustré, on doit lui parler pour comprendre »



Seulement 17ème à Buriram, Fabio Quartararo n’a jamais été dans le coup sur le mouillé. Yamaha a des idées pour l’expliquer, mais attend une conversation approfondie avec le Niçois.

Une situation qui reste à éclaircir : « Nous n’avons pas parlé à Fabio après la course car il était probablement très déçu et frustré et il est allé dans son bureau pour se calmer. C’est aussi difficile pour nous de juger sans avoir parlé avec lui. Nous devons lui parler, voir les données et voir si ça coïncide. C’est très difficile à comprendre. C’est sûr que pour tout le monde cette course fut une entreprise risquée, avec une course sur le mouillé après des essais sur le sec, mais on a fait la même en Indonésie et on a performé, alors qu’ici c’était l’opposé. On a besoin de comprendre, mais d’abord de lui parler. »

L’hypothèse suivie : « Peut-être c’est parce que le niveau de grip par rapport à Mandalika (où il a fini deuxième) était plus bas et ça a pu l’affecter, car nous avons eu beaucoup de mal. Si le tarmac a du grip on performe, mais quand ce n’est pas le cas c’est un problème pour nous. »

Rebondir à Phillip Island : « L’un des bons points de Fabio est que s’il est déçu, en vingt secondes il revient à la normale et se reconcentre sur la prochaine course. Il reste trois courses et Phillip Island est probablement ma favorite. Peut-être que là-bas et à Sepang on pourrait être mieux qu’à Valence. Le championnat repart à zéro et il n’y a plus qu’une seule manière de le gagner, c’est en attaquant. »

Les explications de Fabio Quartararo dans le communiqué post-GP de Yamaha : « La pluie est arrivée au pire moment pour nous. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps de piste mouillée avant le début de la course, juste quelques minutes. Les premiers tours de la course ont été vraiment délicats. J’ai été poussé à l’extérieur par Jack (Miller) dans le premier virage et ça n’a fait qu’empirer à partir de là. J’essayais de trouver un bon feeling, mais dans le virage 4 je me suis fait une frayeur, et la visibilité était vraiment mauvaise. Je suis désolé pour les fans thaïlandais. J’avais espéré faire une meilleure course devant eux. Nous avons une idée de la raison pour laquelle nous avons eu tant de mal, mais nous allons étudier davantage pour nous améliorer à l’avenir. Nous allons essayer de revenir plus forts en Australie. »

« Ça n’a fait qu’empirer » : les premières explications de Quartararo en Thaïlande

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anstarra
2 mois il y a

Bienvenue dans le meilleur Club intime – – – – https://rb.gy/k5mhyg

[…] Dix-septième d’une course thaïlandaise très compliquée, Fabio Quartararo n’avait pas livré de commentaires aux médias à Buriram, préférant s’isoler à la descente de sa moto. Ses déclarations post-GP n’étaient comprises que dans les quelques lignes publiées par l’équipe Monster Energy Yamaha MotoGP. Le team-manager, Massimo Meregalli, disait lui avoir besoin de temps, et de lui parler, pour trouver une explication (lire ici). […]

[…] Thailand: “Fabio was frustrated, we have to talk to him to understand” […]