Le défi de Luca Marini



Équipé d’une GP22, Luca Marini devra prouver en 2022 qu’il mérite de bénéficier de la dernière version de la Ducati.

Luca Marini fut en 2021 le moins bon des trois rookies MotoGP qui arrivaient de la catégorie Moto2. Si Jorge Martin (9e, 111 points) et Enea Bastianini (11e, 102 points) sont montés sur des podiums, lui (19e, 41 points) a eu plus de mal à rouler devant. Seul pilote du championnat à avoir terminé les 18 courses, il a manqué les points à 7 reprises, et a fini « seulement » 2 fois dans le top-10.

Il ne faut pas en être surpris, car le bilan de cette première année est fidèle à Luca Marini : un pilote rapide et travailleur, mais qui a besoin de temps pour apprendre et s’approcher du sommet. Il a par exemple mis 52 Grands Prix à s’imposer en Moto2, quand Jorge Martin a remporté son 24e et Enea Bastianini son 21e. Mais cela ne l’a pas empêché d’être ensuite vice-champion du monde en 2020.

Transféré en MotoGP avec le soutien de la VR46, il effectuera en 2022 sa deuxième campagne en catégorie reine. L’Italien y disposera de la Desmosedici GP22, modèle le plus évolué de la Ducati. Une faveur faite au VR46 Racing Team, dont l’autre pilote – le rookie Marco Bezzecchi – sera équipé d’une GP21. Ce sera aussi le cas des deux hommes du team Gresini Racing, Enea Bastianini et Fabio di Giannantonio.

La GP22, un cadeau empoisonné pour Luca Marini ? Cette faveur de Ducati met en tout cas de la pression sur ses épaules. Le pilote VR46 bénéficie d’un traitement qu’aurait aimé recevoir Enea Bastianini, pourtant meilleur que lui en 2021. Il lui faudra donc prouver par les résultats qu’il mérite cette moto.

Les prototypes MotoGP plus récents sont parfois moins performants que les versions précédentes, car pas encore au point. Cela s’est vu chez Yamaha en 2020 : la M1 de 2019 plaisait plus à Fabio Quartararo que le modèle 2020, et il a fini par reconnaître que l’avoir demandé était une erreur. Mais à première vue, cela ne devrait pas concerner Ducati : les pilotes qui ont testé la GP22 à Jerez, en novembre, se sont montrés bluffés par le niveau de la machine.

Le Mooney VR46 Racing Team est né

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Le défi de Luca Marini […]