Mugello, Zarco (Q2) : « Stressant, des situations où il y a plus à perdre qu’à gagner »



Johann Zarco a terminé quatrième d’une qualification décrite comme « piégeuse » au Mugello, en raison des gouttes d’eau qui tombaient. Le Français est aux avant-postes depuis le début du Grand Prix d’Italie, et fera partie des candidats au podium ce dimanche.

Une deuxième ligne accueillie avec satisfaction : « C’était un après-midi piégeux. Tu veux aller vite mais tu ne sais pas quels pneus chausser, car on dirait que c’est assez sec pour les slicks mais ça peut parfois glisser, comme c’est arrivé à Marc (Marquez), donc c’était stressant. La Ducati est très rapide ici donc ça donne une bonne base pour bien performer. En FP4 j’ai travaillé pour être plus détendu sur la moto, c’était pas mal. »

« Je suis content de la qualification. J’ai fait 1’48 au premier tour et ce n’était pas assez, mais dans ces conditions tu te demandes ce que tu peux faire. Je suis rentré aux stands pour faire un reset mental, et j’ai fait deux tours de plus pour signer un bon chrono. Je suis content car ce sont des situations où on a plus à perdre qu’à gagner. La quatrième place, c’est top. »

Une situation délicate : « On avait des gouttes sur la visière. Quand tu vois des gouttes et qu’il n’y a pas de drapeau tu te dis que c’est ok, mais là ils mettaient les drapeaux partout donc tu te poses des questions… Il y avait peut-être trop de drapeaux, et plus de peur venant des informations des commissaires. Il y avait des gouttes, mais avec le vent et l’asphalte chaud elles disparaissaient immédiatement. Donc les commissaires voyaient la pluie et se disaient qu’ils devaient mettre les drapeaux, mais… »

Deux GP21 aux deux premières places : « Je ne dirais pas que le fait d’avoir la GP21 a fait la différence. C’est plus une coïncidence. Marini, Bezzecchi mais aussi Pecco (Bagnaia) ont fait beaucoup de tours ici avec la Panigale, ils sont un peu chez eux, donc peut-être ont-ils quelque chose en plus. Et Diggia (Di Giannantonio) avait le bon feeling de la Q1, il a ‘surfé’ dessus en Q2. »

En confiance pour la course : « Même si j’ai des difficultés, les autres ne sont pas aussi à l’aise que je peux parfois le penser. La quatrième place est une bonne position pour faire une bonne course. À mon avis ne ce sera pas mouillé pour la course, et si ça l’est il faudra prendre les sensations. Je peux bien m’en sortir. S’il pleut ce sera presque du séchant et ça peut encore plus tourner à mon avantage. Mais il fera surtout plus frais demain, donc on verra comment faire. »

En progrès dans les conditions mixtes : « En général j’ai du mal, et là j’ai été performant à Portimao puis ici. C’est que ça progresse, j’ai plus de sensations, j’arrive à mieux comprendre ce que je dois faire ou pas faire. C’est vrai que c’était un gros point faible, et là je m’en sors bien. »

Les nombreuses chutes ce week-end : « Ça vient de la piste, assez extrême dans sa technique. Il faut vraiment rentrer vite en virage, mais si tu ne fais pas le bon geste au bon moment, tu perds l’avant. Il y a beaucoup de chutes de l’avant, mais parce qu’on rentre très vite. Il y a aussi le fait de retrouver les 350 km/h, on vient de deux circuits où on atteint 300 km/h et là, 50 km/h de plus, ça réveille le bonhomme. Tu forces, il faut rentrer vite dans les virages, tu te réadaptes à la vitesse et en plus la chaleur, ça fait qu’on est tous un peu limites. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires