Où Quartararo fait la différence, expliqué par Dovi



Andrea Dovizioso a bouclé sa pré-saison sur une 19e place au test de Mandalika. Il progresse sur la Yamaha mais ce n’est « pas encore suffisant ». Les essais indonésiens lui ont permis d’observer Fabio Quartararo, et mieux comprendre où il était plus rapide que lui avec la M1.

Des progrès, mais encore du travail à fournir : « Cela s’est mieux passé le dimanche. J’ai été plus rapide, je me suis senti plus à l’aise et j’ai pu faire un peu mieux. Je ne suis pas très satisfait de mon rythme de course mais c’était important de faire un long run, on s’y rend toujours compte de beaucoup de choses. C’est bien d’avoir comparé mon long run avec celui de Fabio Quartararo avec les mêmes pneus. J’étais très rapide au début, donc il sera très important de continuer à m’adapter à la moto au Qatar. Dans l’ensemble ce n’es pas encore suffisant, mais nous avons progressé durant ces trois jours et je suis content de cela. »

« Ces jours ont été très productifs par rapport à Sepang. Nous avons réessayé certains éléments. Je peux maintenant freiner fort, ce qui est l’une de mes forces. Il y a cependant des endroits du circuit où je perds beaucoup. (Sur l’idée selon laquelle la Yamaha est facile à piloter) Si on regarde le pilotage c’est facile, mais pour aller vite, c’est une autre histoire. Je ne suis toujours pas satisfait à 100 %. Nous avons fait beaucoup d’essais de réglages, avec différents carénages, c’était du bon travail mais nous devons encore progresser. Il y a des points où je fais mieux que Fabio, mais je perds trop dans d’autres domaines. »

Le point fort de Fabio Quartararo sur la Yamaha : « Quartararo fait la différence dans les changements de direction, il y est fou. Il est très réactif. Il accélère avant le changement et prépare mieux la moto pour la sortie des virages. Il fait les changements avec une technique et dans une position très profitables. »

Pas de certitude avant le Grand Prix du Qatar : « J’ai vu beaucoup de pilotes compétitifs, donc je ne suis pas particulièrement satisfait de ma position. On ne peut cependant pas dire tout comprendre des adversaires à partir de ces tests, notamment parce que beaucoup de choses sont liées à l’usure des pneus et comment on les utilise. Marquez et Pol Espargaro semblaient particulièrement forts sur le rythme de course, les pilotes Ducati sont aussi rapides, Rins est incisif, mais le potentiel de chacun n’est pas clair. Les choses seront plus claires quand on sera au Qatar. »

Mandalika : Quartararo « à la limite » avec la Yamaha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jerome BRACCINI
7 mois il y a

Je suis tellement déçu de Yamaha… Ça fait si longtemps que ça dure ! Donc Fabio le niçois en rouge en 2023 ce ne serait pas absurde, non ?

Sanson
7 mois il y a
Répondre à  Jerome BRACCINI

Pas chez Ducati en tout cas,c’est bloqué plutôt chez Honda ou pourquoi pas Suzuki

[…] Où Quartararo fait la différence, expliqué par Dovi […]

[…] Où Quartararo fait la différence, expliqué par Dovi […]