«Survie », excuses, critiques… Espargaro quitte Mandalika dépité



« Une course de survie », des excuses à Honda pour ne pas avoir fait mieux, Michelin responsable de la chute de Marc Marquez et des contre-performances de plusieurs pilotes : Pol Espargaro ne gardera pas un bon souvenir du Grand Prix d’Indonésie.

Troisième au Qatar et meilleur temps du test de Mandalika, effectué en février, Pol Espargaro était l’un des favoris annoncés du Grand Prix d’Indonésie. Mais rien ne s’est passé comme prévu, et après trois jours de compétition, il en repart comme l’un des grands perdants du week-end.

Que s’est-il passé pour Polyccio ? Michelin a apporté en Indonésie une carcasse de pneumatiques différente de celle du test, pas utilisée depuis 2018, afin de faire face aux températures élevées de l’asphalte. Des pneus qui n’ont donné aucun feeling aux pilotes Honda, tous empêtrés dans des difficultés extrêmes. Samedi, aucun des quatre membres du HRC ne s’est hissé en Q2. Et à l’issue de cette performance, Pol Espargaro n’a pas mâché ses mots à l’encontre du manufacturier français, l’accusant d’avoir « ruiné » ses chances.

Le vent aurait pu tourner en sa faveur dimanche, car les pluies torrentielles tombées avant le départ ont rebattu les cartes. Mais là, un autre problème s’est présenté à lui : la saleté de la piste (poussière) et les projections d’eau. Et dans cette situation, partir depuis la cinquième ligne de la grille n’aidait franchement pas à se sortir du pétrin dans lequel il était.

« Ma visière s’est beaucoup salie au début de la course, avec toute la poussière de la piste. Je ne voyais rien, s’est-il lamenté à l’arrivée. Quand j’étais derrière Pecco (Bagnaia) je pouvais voir le feu arrière rouge de sa moto, mais quand je l’ai passé j’étais seul et ça a été difficile. »

Remonté dans le groupe à la lutte pour la 8e place, Pol Espargaro termine finalement 12e et meilleur pilote Honda. « Je suis déçu. (…) Ce fut une course de survie, tout le week-end a consisté à y survivre. Nous avions eu un test de pré-saison super productif, et des choses que nous ne contrôlons pas ont changé la situation », pointe-t-il à nouveau.

L’Espagnol rend Michelin directement responsable de la lourde chute de son coéquipier Marc Marquez au warm-up, qui a conduit à son forfait. « Quand on se plaint de Michelin, ce n’est pas parce qu’on aime le faire, mais pour les problèmes qu’amènent ces changements. Marc a eu de la chance de ne pas se blesser, mais sinon cela aurait été la conséquence d’une mauvaise décision d’un fournisseur. Ce que nous utilisons au test est ce que nous devons utiliser en course, c’est pour ça qu’on est venus ici cet hiver. Sinon, c’est une perte de temps et d’argent. »

Pas mécontent de quitter l’Indonésie, Pol Espargaro relève quand même qu’il le fait en étant les points.« Je suis sixième du championnat à 10 points du leader, ce qui est très bien. Nous devons nous concentrer là-dessus et nous préparer pour un nouveau Grand Prix, avec des pneus normaux. Mais même malgré ça, je veux demander pardon à l’équipe car je crois que la moto pouvait obtenir plus », conclut-il. Il pourra prendre sa revanche en Argentine début avril.

Mandalika : Des nouvelles de Marc Marquez

✪ GP-Inside n’existerait pas sans ses abonnés. Intégralité des articles, version sans pub, concours à chaque GP […] Soutenez notre travail pour seulement 2€/mois, abonnez-vous et vivez la saison 2022 au cœur du MotoGP ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
MidSize
1 mois il y a

Les Espargaro sont exigeants avec eux-mêmes et parfois un peu trop avec les autres. Sinon, pourt garder le contact avec la réalité : la question de la « survie » est avant tout ukrainienne et européenne. Pas de coup de gueule ? Pas de stickers pour soutenir la démocratie sur le moindre carénage ? Comme c’est étrange… Le monde de la moto s’est trop marchandisé pour rater un contrat. C’est lamentable.

fred-bear
1 mois il y a
Répondre à  MidSize

Quelle démocratie, celle qui veut installer des missiles nucléaires aux portes de la russie? De quoi tu te mêles, regarde la moto commente la moto sinon ferme te g…

Midsize
1 mois il y a
Répondre à  fred-bear

Toutes mes excuses Bearis Frederoski ! Il est évident que tu dois être meilleur en ride in wire qu’en think true. Tout le monde ne peut pas saisir la différence entre GPMoto et GéoPolitiqueMondiale. Je me permets de te conseiller de bien lire les journaux sérieux sans images d’aujourd’hui, pas ceux de 1988. Mes hommages à ton carénage et toutes mes condoléances pour ton ECU.

Pajneeb
1 mois il y a

Toujours la meme rengaine !

fred-bear
1 mois il y a

Les frères espargaro sont des purges’ toujours à se plaindre, zarco, michelin, les bosses, les graviers. Vivement qu’ils disparaissent ces pistonnés qui n’ont rien fait et squattent des motos usine. Popol tout le monde avait des michelin et tu as fini derrière darynn qui vient du gp3

Destailleurs
1 mois il y a
Répondre à  fred-bear

Tout à fait d’accord, Population Esparcaliméro n’est qu’un pleurnichard en plus d’avoir une tête à claques ! 😂

[…] «Survie », excuses, critiques… Espargaro quitte Mandalika dépité […]

Destailleurs
1 mois il y a

Popol Esparcaliméro fidèle à
lui-même : c’est pas lui,c’est les pneus. C’est la visière qui
s´encrasse. C’est aussi tous ces autres mecs sur des motos qui vont vite et qui veulent toujours passer devant. Sinon j’étais bien, même que j’ai fini devant mon équipier, nananère …

[…] «Survie », excuses, critiques… Espargaro quitte Mandalika dépité […]