Jarvis reconnaît : le problème vient de la Yamaha



Les contre-performances des pilotes Yamaha au Qatar ont été causées par les problèmes rencontrés par la moto, a reconnu Lin Jarvis, directeur de Yamaha Motor Racing.

Fabio Quartararo neuvième, Franco Morbidelli onzième : Yamaha a connu un Grand Prix du Qatar particulièrement dificile. Le pire de son histoire, ainsi que nous l’avons relevé dans l’une de nos analyses. Le patron de Yamaha Motor Racing, Lin Jarvis, a lui-même qualifié le week-end de « très décevant » auprès de Speedweek. Et il ne l’a pas été pas parce que ses pilotes ne sont pas capables de se battre devant ; le problème vient de la moto.

Que s’est-il passé pour que les Yamaha YZR-M1 soient absentes de la lutte pour les premières places ? Le principal problème réside dans le déficit de puissance de la moto, qui rend entre 5 et 10 km/h à ses adversaires dans les lignes droites. « Nos ingénieurs japonais n’ont pas réussi à obtenir l’augmentation nécessaire des performances du moteur, reconnaît Lin Jarvis. Nous savions que nous aurons besoin de ces chevaux supplémentaires, et nos concurrents se sont améliorés. Nous savions donc que nous aurions plus de mal que l’an dernier. »

À cet handicap s’en est ajouté un second, survenu uniquement en course : une pression du pneu avant qui a trop augmenté pour Fabio Quartararo et Andrea Dovizioso. La faute à l’aérodynamisme. « En général la pression des pneus augmente quand on est trop derrière un adversaire, dans les ‘turbulences’ de son sillage. » Et c’est ce qui est arrivé à ses hommes, explique-t-il.

« Nous sommes optimistes quant au fait que nous pouvons, étape par étape, apporter des améliorations pour réduire notre désavantage au fil de la saison », veut croire Lin Jarvis. Un nouveau package aérodynamique devrait être installé sur la M1 au Mugello, théâtre du Grand Prix d’Italie, fin mai.

D’ici là, il y a six courses à disputer et un total de 150 points à distribuer. 25 sont en jeu à Mandalika, en Indonésie, où le patron de Yamaha Motor Racing pense que ses troupes « feront mieux. Nous y avons obtenu de très bons résultats au test de pré-saison. C’est une piste qui convient mieux à la Yamaha ».

À Mandalika, le baptême de feu de Yamaha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] de sa neuvième place du Grand Prix du Qatar. Un résultat dû aux difficultés de la M1, ainsi que l’a reconnu le patron de Yamaha Motor Racing, Lin Jarvis. Déficit de puissance et montée de la pression du […]

[…] Jarvis reconnaît : le problème vient de la Yamaha […]

1 mois il y a

Il y a bien longtemps que Yamaha fait éprouvé leurs moteurs, à une entreprise située en France.
Alors pour les performances…, je me demande bien quels sont les acteurs de cette mascarade???
Depuis Rossi, le bourrin n’a pas progresser d’un seul yota, et là l’on comprend les réactions venues de toute par…!