Pol Espargaro, victime indirecte du retrait de Suzuki



Le probable retrait de Suzuki du MotoGP fin 2022 met en danger la carrière de Pol Espargaro chez Honda. L’Espagnol, qui n’a pas prolongé avec le HRC pour 2023, voit sa place menacée par l’arrivée sur le marché des transferts de Joan Mir et, à moindre mesure, Alex Rins.

Le mercato MotoGP 2023 commençait à peine à s’activer quand la bombe a éclaté, lundi 2 mai : le retrait surprise de Suzuki à la fin de la saison 2022. L’annonce, pas encore officielle mais communiquée aux membres de l’équipe, a rebattu les cartes du marché des transferts, et mis certains pilotes au pied du mur. Joan Mir et Alex Rins, qui portent les couleurs du Team Suzuki Ecstar et négociaient la prolongation de leur contrat, mais pas que. L’arrivée des deux espagnols dans le jeu des négociations pousse en effet dans les cordes les pilotes dont ils menacent la place. Dans ce registre, le plus en danger est Pol Espargaro, actuellement au Repsol Honda Team.

Arrivé au HRC en 2021, Polyccio n’a pour l’instant pas obtenu les résultats pour lesquels il a été engagé. Avec deux podiums en vingt-trois Grands Prix, il est loin des objectifs de titre mondial évoqués un an et demi plus tôt. À l’approche de ses 31 ans, il doit prouver à Honda qu’il mérite de conserver sa place en 2023. Et sur ce tableau, Joan Mir est en train de devenir son premier adversaire.

Honda était entré en contact avec le champion du monde MotoGP 2020 durant la trêve hivernale, déjà dans l’optique de remplacer Pol Espargaro. Joan Mir, qui avait critiqué le modèle 2021 de la Suzuki GSX-RR, attendait de voir la machine dont il allait disposer cette année. Les progrès indubitables, son bon début de saison et les difficultés rencontrées par Honda – un seul podium et deux résultats dans le top-5 en six courses, au cumul des quatre pilotes –, le poussaient à se tourner vers Suzuki. Mais la route vers Hamamatsu est désormais barrée.

Ce faisant, Joan Mir doit toquer à toutes les portes encore ouvertes. Son manager, Paco Sanchez, a rapidement noué des contacts, et sera au Mans pour trouver une solution à son poulain. Et celle-ci pourrait bien s’appeler Honda, en quête d’un top-pilote capable d’épauler Marc Marquez et jouer des victoires. L’opportunité Joan Mir tombe à point nommé.

Avec tout le respect dû à Pol Espargaro, la marque japonaise a une petite réserve d’arguments justifiant ce changement. D’une part, parce que l’Espagnol n’obtient pas régulièrement de bons résultats avec la RC213V. D’autre part, parce que Joan Mir dispose d’un meilleur bilan que lui ces dernières années – il a terminé premier et troisième des championnats 2020 et 2021, avec treize podiums dont une victoire au compteur. Enfin, parce qu’étant plus jeune de six ans – il fêtera ses 25 ans le 1er septembre –, il représente l’avenir et peut s’inscrire dans la durée chez Honda.

« Sous le choc », Mir doit changer ses plans

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Denis N.
16 jours il y a

Pol Emploi. Prévisible. Pas de résultats + critiques nombreuses : Honda l’employeur n’a apprécié

[…] Pol Espargaro, victime indirecte du retrait de Suzuki […]