Austin, MotoGP : Captain Bastianini !



Le rêve américain d’Enea Bastianini continue. Vainqueur à Austin, le pilote Gresini reprend la tête du championnat du monde MotoGP. Alex Rins et Jack Miller complètent le podium d’une course au final disputé. Fabio Quartararo termine septième derrière Marc Marquez, qui a payé cher un départ raté.

La course :

Battu de 3 millièmes en qualification, Jack Miller jaillit de la grille pour signer le holeshot devant le poleman, Jorge Martin. Francesco Bagnaia et Enea Bastianini complètent un top-4 100 % Ducati, qui devient un top-5 avec le dépassement de Johann Zarco sur Fabio Quartararo. Suivent les deux Suzuki de Joan Mir et Alex Rins, puis Pol Espargaro meilleur pilote Honda au neuvième rang. Son coéquipier Marc Marquez est resté collé au départ, se retrouvant bon dernier au premier virage. Il finit le premier tour 18e.

Comme aux essais, les Ducatistes mènent le train, avec Jack Miller à la barque. Johann Zarco s’offre Francesco Bagnaia pour la quatrième place, mais son compatriote Fabio Quartararo ne le suit pas. Le Français est rapide dans les parties sinueuses, mais le déficit de puissance de sa Yamaha lui fait perdre gros. Doublé par les pilotes Suzuki, il recule au huitième rang.

Impressionnant d’aisance, Alex Rins remonte sur le groupe de tête et se paie Francesco Bagnaia, Johann Zarco puis Jorge Martin, grâce notamment à des freinages de trappeur au virage 11. Pendant ce temps, Marc Marquez est lancé dans une remontée de costaud et rentre dans le top-10. Le rythme du pilote Honda est digne de celui des hommes de tête, mais son mauvais départ a ruiné ses chances de victoire.

La victoire, pour l’heure, est entre les mains de Jack Miller. Mais Enea Bastianini reste à proche distance, avec en tête l’idée de refaire ce qu’il a fait à Pol Espargaro à Losail : monter en puissance dans les derniers tours, revenir, doubler et gagner.

La jonction est faite à 5 boucles de l’arrivée, et Bestia prend les commandes des opérations à hauteur du virage 12. Le dépassement est décisif ; on ne reverra plus le pilote Gresini. Plutôt que de lutter pour la victoire, Jack Miller doit revoir ses plans et se concentrer sur la défense de la deuxième position, face à la remontée d’Alex Rins. Lequel va finalement arracher la médaille d’argent du jour dans l’avant-dernier virage du dernier tour.

Au pied du podium, Joan Mir (4e) et Francesco Bagnaia (5e) enregistrent tous deux le même résultat qu’en Argentine. De 24e au premier virage à 6e à l’arrivée, Marc Marquez signe la remontada du Grand Prix, après avoir résisté aux assauts de Fabio Quartararo (7e). Le Français a fait ce qu’il pouvait avec les armes qui sont les siennes, et fait une nouvelle fois largement office de meilleur pilote Yamaha. La deuxième M1, celle de son coéquipier Franco Morbidelli, n’est que 15e à 29 secondes du vainqueur.

En difficulté en deuxième partie de course, les pilotes Pramac Jorge Martin (8e) et Johann Zarco (9e) ont rétrogradé et terminent finalement moins bien qu’espéré. Maverick Viñales (10e) ferme la marche du top-10 après avoir remporté le combat des Aprilia face à Aleix Espargaro (11e).

Ce-dernier perd la tête du championnat MotoGP au profit d’Enea Bastianini, vainqueur de deux des quatre premières courses de la saison. Alex Rins, qui était à égalité avec lui avant le départ, est son nouveau dauphin à 5 points. Fabio Quartararo rétrograde au cinquième rang, mais à seulement 17 longueurs du leader.

GP des Amériques (Austin) – Course MotoGP :

Championnat MotoGP après le GP des Amériques (4/21) : 1. Enea Bastianini 61 pts, 2. Alex Rins 56 (-5), 3. Aleix Espargaro 50 (-11), 4. Joan Mir 46 (-15), 5. Fabio Quartararo 44 (-17)…

« Honteux, Marquez n’a aucun respect » : Espargaro furieux à Austin

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Austin, MotoGP : Captain Bastianini ! […]