« J’étais à la limite » : Tombé en Argentine, Pol Espargaro s’y attendait



Pol Espargaro n’a pas été surpris par sa chute à Termas de Río Hondo, car il était « très à la limite » en tentant de suivre Alex Rins. Il enregistre son premier résultat blanc de l’année.

La série de 8 manches consécutives terminées dans les points de Pol Espargaro a pris fin à Termas de Río Hondo. EN exceptant le forfait à Valence, en novembre 2021, l’Espagnol a connu en Argentine son premier résultat blanc depuis le Grand Prix d’Autriche de la saison passée. Et sa première chute en course depuis celui de Catalogne, il y a dix mois.

Pénible 12e à Mandalika, le pilote Honda espérait un meilleur résultat à Termas de Río Hondo, similaire à celui obtenu à Losail un mois plus tôt (3e). Quatrième sur la grille, il a su conserver sa place dans les premiers virages, puis passer 3e à la poursuite de Jorge Martin et Aleix Espargaro. Un peu moins rapide qu’eux, il s’est ensuite fait rejoindre par Alex Rins, et a tenté de rester à son contact.

La Suzuki venait de creuser un écart d’une seconde quand, au quinzième tour, Pol Espargaro est parti à la faute. Une déception, mais pas une surprise. « J’étais quatrième à la lutte pour le podium, mais les choses ne nous sourient pas. En Indonésie c’était à cause des pneumatiques ; ici, même si j’étais avec les pilotes de devant, je n’ai jamais eu de bonnes sensations, et c’est ce qui m’a fait chuter. Une chute à laquelle je m’attendais car j’étais très à la limite. Pour pouvoir être avec Rins je devais tout récupérer sur les freinages, car  la Suzuki nous la collait à l’accélération. »

Trop ambitieux par rapport à ce qu’il pouvait obtenir en Argentine, Pol Espargaro espère que les choses rentreront dans l’ordre aux États-Unis, le week-end prochain. Honda y a gagné en octobre dernier avec Marc Marquez. « Austin est un circuit plus tourné vers le style des pistes européennes,et j’espère que la moto fonctionnera comme au Qatar. Même si tant que nous ne serons pas arrivés en Europe, il sera difficile que les choses se mettent à leur place. »

Un mot, enfin, pour son frère Aleix, vainqueur pour la première fois de sa quatrième. « Je suis très content pour Aleix et Aprilia, ils ont fait un grand week-end. Maverick Viñales a aussi été très rapide durant les deux jours. Aleix est un grand combattant, il travaille énormément, l’effort est sa priorité et ce résultat, c’est la justice divine pour lui et pour Aprilia, qui ont travaillé très dur malgré les nombreuses années nécessaires pour y arriver. »

Argentine, Espargaro (1er) : « J’ai toujours travaillé, je n’ai jamais abandonné »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Denis NERET
1 mois il y a

Popol apprend l’humilité

fred-bear
1 mois il y a

Les espagnols peuvent être sympas sauf quand il ont le menton en avant comme emmanuel vals, là on guette la faute et on se gausse. Pol étant le pire de ces espinguoins arrogant quel plaisir de le voir jardiner. Ce mec a un ego surdimensionné alors qu’il n’est pas au niveau du moto gp. C’est un gros blaireau pistonné comme son frère, 1 gp sur 200 mais au moins aleix a l’air quand même plus sympa.
Pol bakagravier, c,est son surnom

Jerome BRACCINI
1 mois il y a
Répondre à  fred-bear

👍😜

[…] jamais fait mieux que 6e (2014), et sort d’un résultat blanc à Termas de Río Hondo, où il a reconnu avoir trop poussé alors qu’un top-5 lui tendait les bras. Son week-end devrait être de ceux […]