L’histoire s’écrit au sprint de Portimao



La première course sprint MotoGP de l’histoire aura lieu ce samedi, où seront distribués les 12 premiers points du championnat au vainqueur.

Ce samedi 25 mars sera un jour historique dans l’histoire des Grands Prix moto. On retiendra que c’est ici, au Portugal, sur la piste de Portimao, que se sera disputée la première course sprint de l’histoire du championnat du monde MotoGP. Deux fois moins longue qu’une course classique, soit 12 tours sur ce circuit, elle partira à 15h heure locale, 16h à l’heure de Paris.

L’introduction des courses sprint a été décidée par les instances de la compétition avec pour objectif de dynamiser les audiences télévisées du samedi, et d’attirer plus de monde autour des circuits sur l’ensemble du week-end (on ne vient plus voir une mais deux courses, et la journée du samedi gagne en intérêt). Elle a été initialement critiquée par les pilotes, car ils n’ont pas été consultés. Certains estimaient que l’état de fatigue allait être trop important, tandis que d’autres avertissaient sur les risques accrus de se blesser. Elle s’inscrit dans l’ère du temps, car ces manches courtes et intenses existent déjà en mondial Superbike ou en Formule 1.

L’ajout d’une course sprint durant un Grand Prix a conduit au chamboulement du programme. Il n’y a plus quatre mais trois séances d’essais libres, et seules les deux premières – celles du vendredi – comptent pour les passages en Q2 et repêchages en Q1. La qualification a lieu en fin de matinée, et la course quelques heures plus tard. Une fois celle-ci terminée, le travail se poursuivra pour les pilotes et les ingénieurs afin de préparer au mieux leur monture pour dimanche.

À quoi s’attendre ce samedi ? Difficile à dire. Lors du test de Portimao, de nombreux pilotes ont manqué leur simulation de course car ils étaient trop timides avec les pneus tendres en début de run, avant de s’apercevoir qu’ils avaient gardé un bon niveau de gomme au bout des 12 tours. L’exercice, d’une vingtaine de minutes, diffère de la gestion d’une course de 40 minutes. Il va falloir s’y habituer, trouver les réglages corrects, la bonne fenêtre d’effort… et éviter les erreurs. Car 252 des 777 points à marquer cette saison le seront lors des sprints. Autant dire que le titre se jouera aussi le samedi.

Cette journée de samedi sera d’autant plus importante que la grille de départ de la course sprint, mais aussi de la course classique du dimanche, sera définie sur les résultats des qualifications. Il ne faudra donc surtout pas rater son coup, car une mauvaise performance ferait partir le pilote en fond de grille deux fois dans le week-end, et non pas une fois.

Qui sera le premier vainqueur d’une course sprint de l’histoire du MotoGP ? Réponse dans quelques heures, avec répartition des premiers points de l’année : 12 pour le premier, 9 pour le second, 7 pour le troisième, 6 pour le quatrième, 5 pour le cinquième, 4 pour le sixième, 3 pour le septième, 2 pour le huitième et 1 pour le neuvième.

Dans cet article

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
remotegiggle
10 mois il y a

I appreciate your fantastic post. Thank you for sharing this post; it made me pleased to read it. I frequently read the shorter essays and explain the authors’ motivations, as I did with this one. <a href= »https://penaltykickonline.com »>penalty kick online</a>