La pire nouvelle



Une trentaine de chutes, quatre opérations, 18 forfaits et désormais une deuxième diplopie : Marc Marquez vit depuis novembre 2019 la période la plus noire de sa carrière. L’incertitude plane quant à la suite qui y sera donnée. 

Les conséquences d’une chute ne sont pas toujours connues dans l’immédiat. Les os peuvent être saufs, mais d’autres blessures émergent par la suite. C’était arrivé à Marc Marquez quand, après être tombé en enduro le samedi 30 octobre 2021, il a commencé à expérimenter des problèmes de vision début novembre. Un scénario qui s’est répété fin mars 2022, à l’issue du Grand Prix d’Indonésie.

Quatre fois à terre durant le week-end, l’octuple champion du monde s’est collé l’un des plus gros volumes de sa carrière le dimanche matin, lors du warm-up. Éjecté de sa moto à plus de 180 km/h, il n’a pu prendre le départ de la course, disputée cinq heures après l’incident. « Je vais bien, un peu étourdi mais ça va », rassurait-il après de premiers examens médicaux, où « seule » une commotion cérébrale lui avait été diagnostiquée. Mais le bilan n’était malheureusement pas définitif.

Sur le chemin du retour en Espagne, Marc Marquez a ressenti une gêne oculaire qui l’a conduit à procéder à une visite médicale d’urgence à son arrivée à Barcelone, lundi. Verdict : une rechute de sa diplopie. La même blessure que celle dont il a souffert en 2011, puis en 2021. « Moins sévère », a-t-il précisé.

Cette nouvelle blessure jette un froid sur une saison qui était placée sous le signe de la reconquête. Forfait en Indonésie, il pourrait ne pas suivre le paddock dans ses prochaines voyages. Deux courses vont bientôt s’enchaîner en Argentine (3 avril) et au Texas (10 avril), sur des circuits où il a l’habitude de briller. S’il vient à les manquer, les points perdus pourraient déjà être décisifs pour son championnat.

Mais à ce stade là, il ne s’agit même plus de se demander si Marc Marquez reviendra à la prochaine course ; la question est plus profonde, et les circonstances obligent à une plus grande projection. Ce qui est en jeu est la suite de sa carrière, les conditions dans lesquelles elle peut se dérouler, et la sortie d’une période noire dans laquelle il est plongée depuis novembre 2019. Depuis cette date-là se sont enchaînées une trentaine de chutes, quatre opérations, deux diplopies, et un total de 18 forfaits en 34 Grands Prix.

On n’ose penser au pire, à savoir que cette nouvelle diplopie signifie que Marc Marquez ne puisse plus piloter correctement, car les chutes qu’implique le travail de pilote MotoGP pourraient finir par être dévastatrices pour sa vision. Personne ne le souhaite. Il faut au contraire espérer que l’Espagnol surmonte cette situation, retrouve sa forme et revienne au plus haut niveau. Fabio Quartararo, Francesco Bagnaia, Joan Mir et tant d’autres l’y attendent.

Marc Marquez – Chronologie d’une période noire :

27 novembre 2019 : Des douleurs à l’épaule droite survenues après une chute lors du test hivernal de Jerez incitent Marc Marquez à se faire opérer de l’épaule droite, pour prévenir d’éventuels problèmes dans le futur.

19 juillet 2020 : Tombé dans le 22e tour du Grand Prix d’Espagne, Marc Marquez se relève avec une fracture de l’humérus droit« Parfois les choses ne se passent pas comme on pourrait s’y attendre, mais le plus important est se relever et d’aller de l’avant. (…) Je reviendrai le plus tôt possible, et plus fort »promet-il.

21 juillet : Opération de l’humérus droit réalisée par le Dr Xavier Mir à la clinique Dexeus de Barcelone.

25 juillet : Six jours après sa fracture, quatre après l’intervention chirurgicale, Marc Marquez remonte sur la Honda RC213V lors des essais libres 3 du Grand Prix d’Andalousie. Il participe aussi à la quatrième séance, avant de jeter l’éponge à l’entame des qualifications, la douleur étant trop forte.

3 août : Deuxième opération de l’humérus droit après que la plaque qui avait été insérée dans son bras se soit cassée. La version officielle est que l’incident a eu lieu en ouvrant une fenêtre, mais a été provoqué par le stress exercé sur la zone blessé lors de sa tentative de participation au Grand Prix d’Andalousie. Le pilote Honda déclare forfait pour le Grand Prix de République-Tchèque, prévu du 7 au 9 août. Puis pour les onze qui suivent.

3 décembre : Troisième opération de l’humérus droit pour soigner une pseudarthrose, c’est à dire une mauvaise consolidation de ses os. Un nouveau processus de récupération l’attend. Pas encore commencée, la pré-saison 2021 se complique déjà pour lui.

5 décembre : Les examens pratiqués sur Marc Marquez révèlent la présence d’une infection découverte dans sa fracture. Difficile d’en indiquer l’origine, mais cette infection peut être la cause de la mauvaise récupération de sa blessure. Un traitement antibiotique commence pour tenter de la combattre.

12 mars 2021 : Premiers kilomètres à moto – plus exactement minimoto – au circuit d’Alcarràs, près de huit mois après sa disparition des radars des Grands Prix. Quatre jours plus tard, il prend le guidon de la Honda RC213V-S au circuit de Barcelone-Catalogne

16 avril : Retour en MotoGP au Grand Prix du Portugal, à Portimao, neuf mois après sa dernière apparition.

20 juin : Jamais battu au Sachsenring en MotoGP, Marc Marquez poursuit sa série et signe un sensationnel retour à la victoire, 581 jours après son dernier succès au Grand Prix de Valence 2019. Les larmes qui coulent sur le podium symbolisent toutes les difficultés traversées depuis.

30 octobre : Chute lors d’un entraînement en Enduro qui provoque une diplopie, terme désignant des problèmes de double-vision. Vainqueur des deux dernières courses en date, à Austin et Misano, Marc Marquez déclare forfait pour les Grands Prix d’Algarve et de Valence. Sa saison 2021 est terminée.

13 janvier 2022 : Peu après avoir reçu le feu vert des médecins, l’Espagnol reprend le chemin des circuits, d’abord en motocross. Sa pré-saison 2022 commence là,

5 février : 104 jours après son dernier roulage, Marc Marquez retrouve le guidon de sa Honda RC213V lors du test hivernal de Sepang. Ses sensations sont bonnes et les doutes concernant sa présence au Grand Prix du Qatar se dissipent.

20 mars : Lourde chute lors du warm-up du Grand Prix d’Indonésie, au lendemain d’une qualification difficile où il était déjà tombé deux fois. Deux jours plus tard, il annonce souffrir à nouveau de problèmes de vision.

La nécessaire réinvention de Marc Marquez

✪ GP-Inside n’existerait pas sans ses abonnés. Intégralité des articles, version sans pub, concours à chaque GP […] Soutenez notre travail pour seulement 2€/mois, abonnez-vous et vivez la saison 2022 au cœur du MotoGP ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
MidSize
2 mois il y a

C’est ce qui fait toute la magie de la moto : tout donner, s’exposer et se reconstruire pour revenir au même niveau. Si Marquez veut revenir, il lui faut se réinventer. S’en est terminé des chutes de kamikaze dès la FP1.

Jma
2 mois il y a
Répondre à  MidSize

Pour autant il s’agit aujourd’hui d’un problème qui concerne Michelin ou Honda car on parle sécurité lors de cet accident de MM , on ne parle plus de prise de risque. C’est le comportement de la machine qui ne va plus et pas le pilote. Merci à MM de prendre des risques mais qui sont dangereux dans ce cas car la machine est dangereuse…

Yvt
2 mois il y a
Répondre à  Jma

Pas d’accord ! Les pneus sont les mêmes pour tous les pilotes, ils doivent les comprendre et s’adapter. Quant aux motos, les 3 autres pilotes honda ne chutent pas autant que lui ni si fort… Marquez sur-pilote et se blessé encore et toujours. Comme c’est un warrior qui a dominé tous les autres pendant 6 ans, il ne supporte pas l’idée même de ne pas performer.

[…] La pire nouvelle […]