Mandalika, Quartararo : « Chaque fraction de seconde va compter »



Fabio Quartararo arrive en Indonésie avec l’ambition de lancer sa saison 2022, après une ouverture difficile au Qatar. Le bon résultat du test de pré-saison disputé à Mandalika, en février, incite à l’espérance.

Fabio Quartararo ne se bat pas pour le rang de meilleur pilote Yamaha, mais pour celui de meilleur pilote MotoGP. Impossible, donc, d’être satisfait de sa neuvième place du Grand Prix du Qatar. Un résultat dû aux difficultés de la M1, ainsi que l’a reconnu le patron de Yamaha Motor Racing, Lin Jarvis. Déficit de puissance et montée de la pression du pneu avant ont ruiné les espoirs des Bleus.

Une dizaine de jours après cette « grande déception », il est temps de tourner la page et rebondir. Le Grand Prix d’Indonésie constitue une belle opportunité, car le circuit de Mandalika convient très bien aux caractéristiques de la Yamaha. Deuxième du test de pré-saison, en février, Fabio Quartararo y arrive motivé, mais reste mesuré à l’heure d’établir un objectif. La piste livrera le verdict.

Fabio Quartararo : « Je me sens bien et prêt à rouler à nouveau à Mandalika. Nous avons fait du bon travail durant le test de pré-saison. Nous en avons fait beaucoup, et bouclé beaucoup de tours, donc nous allons en faire bon usage. »

« Je ne veux pas penser à ce qui est arrivé au Qatar, aussi parce que je sais que nous avons un bon point de départ pour ce week-end. Je serai à 100 % concentré sur l’obtention d’un bon résultat. Notre rythme était bon pendant le test, mais beaucoup de nos adversaires étaient rapides, donc chaque détail et chaque fraction de seconde vont compter. »

Jarvis reconnaît : le problème vient de la Yamaha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Braccini
2 mois il y a

Ce qui manque à Yamaha c’est un vrai team manager, pas ce mouligasse d’anglais mais une vraie grande gueule, capable de taper du poing sur la table pour faire comprendre aux ingénieurs d »Iwata que ce sont les pilotes qui détiennent la vérité et non ces espèces de diplômés nippons planqués derrière leurs ordinateurs…