Alex Marquez se cherche encore en MotoGP



Dix-huitième du championnat, Alex Marquez ne vit pas un début de saison facile. Avec seulement deux tops-10 en neuf courses, le bilan du pilote Honda LCR est mitigé. Voici quelques raisons pour l’expliquer.

Comptablement, Alex Marquez vit son pire début de saison depuis qu’il est arrivé en MotoGP, en 2020. Cette année-là, au guidon de la moto officielle du team Honda Repsol, l’Espagnol comptait 47 points et un podium au Grand Prix de France après neuf courses. Des performances solides pour un rookie, dont la préparation avait été retardée en raison de la crise sanitaire, et du report du début de saison. 

L’année dernière, lors de ses premiers pas chez LCR, le cadet des Marquez inscrivait 27 points après neuf épreuves, alors qu’il avait chuté lors des deux premiers rendez-vous. Aujourd’hui, il en 26 et pointe au dix-huitième rang du classement du championnat du monde. Le natif de Cervera n’est rentré dans le top-10 qu’à deux reprises : au Portugal, avec une belle septième place, et la semaine dernière en Catalogne, en terminant la course au dixième rang. Comment expliquer ce manque de progression ?

En rappelant, d’abord, que le problème ne vient pas que de lui. La Honda RC213V 2022 est l’une des motos les plus difficiles à mener du plateau. Comme souvent vu au HRC ces dernières années : à l’exception de Marc Marquez, faire fonctionner une machine qui ne nous convient pas réellement devient compliqué. Piyr preuve, Pol Espargaro est quinzième au championnat avec 40 points, juste devant Takaaki Nakagami et 38 unités. Ce sont donc les pilotes Honda en général qui souffrent au guidon de leur moto.

À Barcelone, Alex Marquez déclarait encore qu’il devait « beaucoup lutter pour ne pas perdre l’avant. Ce n’est pas facile de faire des tours rapides. C’est difficile de faire des retours aux ingénieurs et on n’arrive pas à résoudre ce problème ». Un problème à l’avant qui l’a fait chuter à très haute vitesse lors de la quatrième séance d’essais libres en Catalogne, l’obligeant à renoncer aux qualifications. Après l’arrière en 2021, l’avant est devenu un souci pour le HRC cette saison.

Le poids du nom ?

Attend-t’on trop d’Alex Marquez de par le nom qu’il porte ? Alex n’est certainement pas Marc. Sans dénigrer les performances du petit frère, ce que fait son aîné est loin d’être accessible à tous. Si le cadet vit souvent dans l’ombre, quand le roi n’est pas là, les projecteurs sont braqués sur lui. Son nom de famille rend les attentes forcément plus élevées, ce qui peut lui rajouter de la pression. Car avant d’être le pilote du team LCR Honda Castrol, il est souvent vu comme « le frère de Marc ». 

En témoigne cette scène en conférence de presse du Grand Prix de Catalogne, jeudi  2 juin, où les premières questions qui lui étaient posées concernaient l’état de santé de Marc. Un statut et une situation pas être faciles à vivre, même si le principal intéressé avouait qu’il « arrivait à faire la part des choses quand il était sur la piste », Après la course, Alex Marquez a brandi une casquette à l’effigie de son frère pour lui dédier son top-10. 

Bien que ce début de saison 2022 ne soit pas aussi bon qu’il l’espérait, la prolongation de son contrat dans l’équipe LCR Honda Castrol est très probable. Son aventure en MotoGP devrait continuer en 2023. Et Marquez aura de nouvelles occasions pour se faire un prénom dans le championnat : Alex.

« Marc m’a donné de la force ! » Héroïque Alex Marquez à Barcelone

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
25 jours il y a

Alex ne vit pas dans l’ombre de son frère, c’est uniquement dans la tête des gens, il vit côte à côte avec Marc, s’entraîne avec Marc et est doté de la même force de caractère. De plus, il n’est pas simple pour lui de voir tout ce que Marc endure depuis 2 ans. Il est un soutien de chaque instant pour le 93. Il faut être réaliste: quand Alex court, il le fait pour lui mais aussi, à certains moments, pour son frère et le 73 va toujours de l’avant, il ne renonce jamais avec un moral qu’on pourrait lui… Lire la suite »

Drouet Christophe
24 jours il y a

Alex Marquez heureusement qu’il s appelle Marquez sinon il chercherai des fraises depuis longtemps en moto 2 ces coéquipiers ont été champion des leur première année chez Marc vds lui a attendu une éternité.on la garde alors que d autres on était renvoyé.il était légitime d après son manager en moto GP du a son titre naturellement il s appele Puig et depuis .il est de pire en pire.