Qatar, MotoGP : Bastianini et Gresini, quelle histoire !



Enea Bastianini l’a fait. Vainqueur du Grand Prix du Qatar, l’Italien rentre dans le cercle des pilotes qui ont gagné en MotoGP. Brad Binder et Pol Espargaro montent à ses côtés sur cet improbable premier podium de l’année. Johann Zarco et Fabio Quartararo terminent huitième et neuvième, le premier ayant doublé le second sur la ligne.

Il y a des victoires qui remplissent les yeux de larmes et qui dressent les sourires sur les visages de tout le paddock. Celle obtenue par Enea Bastianini, ce dimanche, est de celles-ci. L’Italien fait un magnifique premier vainqueur de la saison 2022, au guidon d’une Ducati Desmosedici GP21 que l’on savait redoutable. Et avec les couleurs d’un team Gresini qui méritait tant de retrouver la plus haute marche du podium. La dernière fois remontait à 2006, grâce à Toni Elias à Estoril. Fausto Gresini n’est malheureusement plus là, mais ce soir, tout le monde pense fort à l’ancien patron d’équipe.

Deuxième sur la grille, Bestia n’est pas celui qui a réussi le meilleur envol. Cette performance revient au duo Repsol Honda, avec Marc Marquez en tête au premier virage suivi de Pol Espargaro. L’ordre s’inverse rapidement, le numéro 44 passant son coéquipier pour s’emparer des commandes. Derrière, le train se met en marche : Brad Binder, Joan Mir, Aleix Espargaro, Jorge Martin, et évidemment Enea Bastianini.

Parti onzième, Fabio Quartararo est huitième mais se fait doubler par Alex Rins, puis Francesco Bagnaia quelques minutes plus tard. Seul représentant de Yamaha en première partie de classement, le Français ne parvient pas à s’accrocher au wagon de tête. Ses chances de bon résultat s’éloignent déjà. Son compatriote Johann Zarco doit lui remonter depuis la vingtième place.

En observation derrière Pol Espargaro, Marc Marquez se fait surprendre par Brad Binder, avant qu’Enea Bastianini ne le sorte du podium. S’il y a quelques dépassements par ici, quelques chutes par là – Marco Bezzecchi, Miguel Oliveira –, la course est relativement calme. Le premier incident important survient au 9e tour, quand Francesco Bagnaia chute en tentant de faire les freins à Jorge Martin. L’Italien emporte l’Espagnol, et voilà deux Ducati à terre d’un coup. Une troisième, celle de Jack Miller, a abandonné peu auparavant. Les espoirs des Rouges reposent désormais sur Enea Bastianini.

L’Italien est en jambes et monte en puissance au fil des kilomètres. Il double Brad Binder pour la deuxième position au 14e des 22 tours, alors que Pol Espargaro vient d’ouvrir un gap d’une seconde. Une petite seconde qu’il va réduire à néant en l’espace de cinq boucles. Propulsé par une Ducati redoutable, Enea Bastianini double Pol Espargaro dans la ligne droite des stands, à l’entame du 19e tour. Surpris, le pilote Honda se rate légèrement au virage suivant et cède une autre place à Brad Binder.

Les premières positions du Grand Prix du Qatar ne bougeront plus. Enea Bastianini décroche un premier succès plein de maîtrise en MotoGP, confirmant les progrès aperçus durant la trêve hivernale. Il fait au passage le bonheur de Ducati, tandis que Brad Binder (2e) fait de même pour KTM. Pol Espargaro est un surprenant troisième et n’avait pas menti au sujet de la nouvelle Honda RC213V : elle lui va bien mieux que la précédente.

Costaud, Aleix Espargaro (4e) obtient son deuxième meilleur résultat avec l’Aprilia RS-GP, après avoir dominé Marc Marquez (5e) dans les derniers tours. L’octuple champion du monde est resté mesuré, et signe un bon retour pour sa première course en quatre mois et demi. Suivent les Suzuki de Joan Mir (6e) et Alex Rins (7e), pas parvenues à réaliser la remontada qu’espérait l’équipe.

Question remontada, c’est à Johann Zarco (8e) qu’il faut s’adresser ce dimanche. Vingtième après quelques virages, le Français fait finalement sauter son compatriote Fabio Quartararo (9e) sur la ligne, le devançant de 7 petits millièmes. Les deux tricolores débutent 2022 avec un top-10, mais ne s’en satisferont certainement pas.

Takaaki Nakagami (10e) place une troisième Honda parmi les dix premières machines, où il n’y a qu’une seule Yamaha puisque Franco Morbidelli (11e), Andrea Dovizioso (14e) et Darryn Binder (16e) ont terminé plus loin. Chez les rookies, Remy Gardner (15e) remporte la première bagarre et marque le premier point de sa carrière en MotoGP.

GP du Qatar (Losail) – Course MotoGP :

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Qatar, MotoGP : Bastianini et Gresini, quelle histoire ! […]

[…] Qatar, MotoGP : Bastianini et Gresini, quelle histoire ! […]